Aller au contenu principal

Bâchage et débâchage mécanisés : la politique de Saint Louis Sucre

La 6e journée Mont Blanc a été aussi l’occasion d’assister à une démonstration de bâchage et de débâchage mécanisés.

En moins d’une minute, le silo de betteraves est bâché mécaniquement.
En moins d’une minute, le silo de betteraves est bâché mécaniquement.
© F. G.



Top chrono. En une minute, le bras de la machine se met en branle et recouvre 300 tonnes de betteraves par une bâche en propylène. C’est fini. Au suivant. En une journée, 10 000 tonnes de betteraves peuvent ainsi être recouvertes. Le processus est des plus simples. La bâche s’enroule, comme aspirée, autour d’une tige métallique de six mètres. Vingt mètres de bâche peuvent être enroulées. Ensuite, celle-ci est déroulée sur le silo, puis est bordée avec un disque en téflon pour éviter qu’elle ne s’envole et pour qu’elle recouvre parfaitement le silo de betteraves. Pour le débâchage, c’est le même procédé, mais à l’envers. La vis soudée sur la tige happe la bâche, qui s’enroule sur cette dernière. Temps écoulé : une minute.
«Le temps perdu, c’est sur la route, indique André Scheer, qui commercialise la machine en démonstration. Une fois cela dit, le bâchage présente un intérêt certain, car il protège les silos du froid, comme du gel, et permet d’avoir moins de tare terre.» Et l’humidité ne reste pas, évitant le pourrissement des betteraves. Détail important s’il en est avec l’allongement des campagnes, pouvant aller jusqu’à cent vingt jours désormais. L’objectif pour Saint Louis Sucre est donc d’atteindre 100 % de bâchage des betteraves de ses planteurs.

Coup d’accélérateur
L’an dernier, un premier test de débâchage avait été réalisé au nord d’Eppeville sur 40 000 tonnes de betteraves. A présent, l’opération va être étendue dans l’ensemble du secteur nord d’Eppeville. 180 000 tonnes de betteraves seront débâchées. Le débâchage se fera 48h avant l’arrivée de la grue. Ce service est gratuit et les planteurs reçoivent une indemnité de 0,65 €/t pour bâcher manuellement.
Autre nouveauté cette année : une seconde machine va être utilisée, en test, dans le secteur nord-ouest d’Eppeville, pour bâcher et débâcher mécaniquement les silos de betteraves. 90 000 tonnes de betteraves sont visées. Coût de l’opération : 1,30 €/t, auquel les planteurs pourront déduire une indemnité de 0,65 €/t, soit, au total, de leur poche, 0,65 €/t.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde