Aller au contenu principal

Barbara Pompili espère vendre 30 millions de crédits carbone

En déplacement dans le Var, Barbara Pompili a lancé un appel aux entreprises et collectivités pour les encourager à acheter 1 Mt de crédits carbone d’ici la fin de l’année. Un engagement ambitieux alors que seuls 20 % des 140 000 t de crédits générés en France dans le secteur agricole grâce aux méthodes du label bas-carbone ont trouvé preneur.

Depuis son lancement en 2018, le Label bas carbone a fait émerger plus de 100 projets, en permettant de capturer 300 000 tonnes de CO2, s’est félicitée la ministre de la Transition écologique, lors d’un déplacement dans le Var.
© Ministère de la Transition écologique

«La ministre va lancer un appel auprès de toutes les entreprises prêtes à s’engager sur des financements du label bas carbone d’ici la fin de l’année», indiquait l’entourage de la ministre de la Transition écologique à l’occasion d’un échange avec la presse le 25 août, à la veille d’un déplacement dans le Var. La ministre espérerait convaincre collectivités et entreprises de s’engager sur 1 Mt de crédit carbone, représentant un financement d’environ 30 millions d’euros sur le marché volontaire.
Trois ans après le lancement du label bas carbone en 2018, six méthodes sont désormais validées, rappelle le ministère : trois dans le secteur forestier et trois en agriculture, dont Carbon Agri, la méthode haie, et la méthode vergers. Au total, les projets labellisés proposeraient actuellement l’équivalent de 300 000 t de crédits carbone, dont 140 000 dans le secteur agricole. Pour l’heure, seuls 20 % de ces crédits issus des fermes, soit 28 000 t de carbone, ont cependant trouvé preneur. Un enthousiasme plus timide que dans le secteur forestier, qui a déjà vendu la moitié des 165 000 t de crédits déjà labellisés.

La méthode grandes cultures disponible

Pour relancer la dynamique, le ministère de la Transition a publié trois nouvelles méthodes agricoles. En plus de la méthode très attendue d’Arvalis pour les grandes cultures, les exploitants peuvent également faire labelliser leurs projets en alimentation de bovins par la méthode Eco-méthane de Bleu-blanc-cœur, ou par la méthode Sobas-Eco TTm permettant de faire certifier les baisses d’utilisations d’engrais. Une quatrième méthode sera également validée dans le secteur de la rénovation des bâtiments, en favorisant les matériaux bio-sourcés.
L’entourage de Barbara Pompili souligne que la loi Climat et résilience représente des perspectives de compensation «importantes», notamment grâce aux efforts demandés au secteur aérien (cf. interview de Vincent Etchebehere, directeur du développement durable d’Air France p.13). Selon le ministère, cette nouvelle compensation obligatoire pourrait s’élever à 1 Mt de crédit dès 2022, et 2 Mt de CO2 à partir de 2024, pour un financement évalué à 60 millions d’euros.
Mais alors que certaines compagnies achètent déjà des crédits dans des pays tropicaux où le coût de projet demeure plus faible, la loi climat autorise les compagnies à compenser non seulement en France, mais également dans d’autres pays de l’Union Européenne. «Ce sera à la ministre de convaincre les compagnies de favoriser les projets français, mais ce n’est pas une obligation réglementaire», reconnaît l’entourage de Barbara Pompili. Et de souligner que beaucoup d’autres projets ailleurs dans le monde, «sont menés avec des méthodologies qui ne sont pas aussi rigoureuses».

Vers un renforcement des méthodes

Pour rassurer les investisseurs, la ministre souhaite également renforcer le dispositif français. «Nous allons retravailler les méthodes, et nous serons vigilants pour renforcer l’exigence environnementale au-delà de la composante climat», affirme le cabinet, citant l’exemple d’essences locales dans les haies champêtres. Autre chantier envisagé : l’encadrement de la revente de crédit carbone, actuellement interdite, alors que certaines petites collectivités ou entreprises se voient forcés de passer par des tiers sur ce marché naissant.
Pour l’heure, ce marché volontaire demeure une exception française, mais «il fait référence en Europe, parce que nous avons développé des méthodes partagées qui font l’objet d’une validation scientifique», assure le ministère de la Transition. Si le développement de ce type de système à l’échelle communautaire ne figure pas encore clairement à l’agenda du gouvernement, le cabinet est cependant «convaincu qu’il serait bon de généraliser ce type de démarche au niveau européen».

Label bas-carbone : le ministère de la Transition publie quatre nouvelles méthodes

Dans la suite des annonces de Barbara Pompili le 26 août, le ministère de la Transition écologique a publié au Bulletin officiel trois nouvelles méthodes agricoles dans le cadre du label bas-carbone. Très attendue par la profession, la méthode grandes cultures développée par Arvalis et ses partenaires permettra de générer des crédits carbone grâce aux réductions d’émission liées aux baisses d’utilisation d’engrais et de combustible, ou à l’augmentation du stockage dans les sols par la mise en place de couverts et l’allongement de prairies temporaires. Comme dans les autres méthodes, les porteurs de projet devront prouver la nécessité d’un soutien complémentaire par rapport aux aides du premier pilier et aux financements privés. Comme le détaille l’institut, sa méthode est complémentaire de Carbon Agri, dédiée à la polyculture-élevage, mais également de celle nouvellement approuvée de Bleu-Blanc-Coeur sur les rations et la proportion de légumineuses dans les exploitations. Elle est en revanche indépendante des méthodes haies et méthanisation (à paraître). Le ministère a également approuvé une troisième méthode en grandes cultures, qui s’appliquera plus spécifiquement aux réductions d’intrants, celle du fabricant d’amendements Sobac. Une quatrième méthode dédiée aux rénovations de bâtiment concernera plus indirectement le monde agricole, en encourageant le recours aux matériaux biosourcés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde