Aller au contenu principal

Politique
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute

Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de rassembler sous une seule bannière les politiques liées à l'environnement et à l'agriculture.

Barbara Pompili
Placer l'agriculture sous la coupe du ministère de la Transition écologique, c'est la dernière idée soutenue par Barbara Pompili.
© Fédération nationale des chasseurs

« Il faudrait un ministère de la Transition écologique dans chaque pays, et celui-ci devrait inclure l’agriculture », s'est amusée Barbara Pompili en ouverture du congrès mondial de la bio à Rennes le 7 septembre, face aux félicitations des organisateurs pour le nom de son ministère.

Face à l'avalanche de réactions, son cabinet a depuis tenu à préciser que « évidemment, la ministre ne se prononçait pas sur l'organisation du gouvernement en France, mais signifiait que de façon générale dans le monde - qui était l'angle de l'animatrice - une coopération étroite entre acteurs de l'écologie et de l'agriculture était indispensable pour réussir la transition écologique ». La suite du propos n'a en revanche pas été démentie.

Gouvernement, collectivités, entreprises, producteurs : « nous devons avancer ensemble pour que demain la bio ne soit plus une exception, mais une norme », a poursuivi la ministre de la Transition écologique. Saisissant les paroles de Barbara Pompili au bond, le parrain du congrès, Nicolas Hulot, a appuyé cette proposition d’une tutelle commune pour l’agriculture et l’environnement : « On ne peut pas avoir en permanence deux ministères en conflit », estime le président de la FNH. L'adaptation institutionnelle pourrait selon Nicolas Hulot venir de la création d’un vice Premier ministre chargé du développement durable.

Alors que les pouvoirs publics ont mis à l’agenda de la présidence française de l'UE de nombreux sujets environnementaux dont une initiative de sorties des pesticides, les clauses miroirs, et la lutte contre la déforestation, « nous ne ferons pas en neuf mois ce qu’on aurait pu faire en cinq ans, mais essayons au moins d’avancer sur des choses concrètes », encourage Nicolas Hulot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

hôtel à cochons
En Chine, une méga-ferme de 600 000 porcs en construction
Cet « hôtel à cochons » devrait permettre de produire environ 54 000 tonnes de porcs par an.
Vigilance canicule : des restrictions pour la moisson
Le département de la Somme est placé en vigilance canicule orange depuis 12h ce jour. Les activités agricoles sont soumises à des…
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
114 ha partis en fumée dans la Somme
Avec 41°C atteints ce 19 juillet, plusieurs feux de chaume et de récolte se sont déclarés dans la Somme. A 19h, 114 ha avaient…
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens
La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde