Aller au contenu principal

Bas champs : un millier d’hectares à semer en blé... ou à réorienter

Les organisations agricoles se mobilisent pour les Bas champs.

30 à 40% des surfaces prévues en blé n’étaient pas encore semées dans les Bas champs.
30 à 40% des surfaces prévues en blé n’étaient pas encore semées dans les Bas champs.
© AAP

La météo étant plus clémente en fin de semaine dernière, les agriculteurs ont réussi de nouveau à travailler dans les champs, ce qui explique la faible participation à la réunion sur les Bas champs le vendredi 22 février. Toutes les organisations agricoles étaient néanmoins présentes pour répondre aux questions que se posent les agriculteurs du secteur.
Christian Lesenne, conseiller à la chambre d’agriculture, a tout d’abord fait le point sur les variétés de blé qui pouvaient encore être semées, mais seulement jusqu’au 1er mars, et en choisissant des variétés alternatives et précoces. En effet, vendredi dernier, on estimait que 30 à 40% des surfaces prévues en blé n’étaient pas encore semées, soit environ 1 500 à 2 000 ha. Bien qu’un sérieux rattrapage ait eu lieu en fin de semaine, il faut désormais trouver des solutions pour remplacer le blé d’hiver qui n’a pas été mis en terre ou qui a été noyé.
Avant tout, Christian Lesenne a rappelé les seuils de retournement en colza : 5 à 10 pieds/m² selon les stades, et en blé : 50 à 100 pieds/m² suivant le stade de développement et la date de semis. Puis il a évoqué, avec l’ensemble des coopératives et négoces présents, les possibilités d’emblavement. Ainsi, le blé de printemps, l’orge de printemps, le pois de printemps et le maïs grain offrent des solutions. Attention toutefois en maïs, à choisir des variétés précoces pour ne pas se retrouver dans la même situation qu’en 2012. Bien que, comme l’a précisé Régis Brunet, président du canton de Saint Valéry, «les années se suivent et ne se ressemblent pas».

Difficultés économiques
La situation économique des exploitations a également été évoquée. Il ne faut pas oublier qu’en 2011, la sécheresse a sévi dans les sables autour de Cayeux principalement ; et en 2012, si tout s’est à peu près bien passé, la récolte compliquée a engendré des frais supplémentaires et des pertes de rendement. C’est pourquoi cette année certains éleveurs rencontrent déjà des difficultés. Les organismes économiques ont donc bien précisé qu’il existait des solutions pour chaque exploitation et qu’il ne fallait pas attendre la veille d’une échéance pour appeler son conseiller mais bien prendre les devants.
Enfin, Oliver Faict, secrétaire général adjoint de la Fdsea 80, a annoncé qu’une enquête sera envoyée à chaque agriculteur, afin d’évaluer les besoins en paille, l’objectif étant de pouvoir mettre en relation au plus vite offreurs et demandeurs de paille.

Pour recevoir le compte rendu complet demandez le par mail : aline.landrieux@fdsea80.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde