Aller au contenu principal

«Bâtir une stratégie pour l’élevage des Hauts-de-France»

Les Etats généraux de l’élevage débutent le 10 juin à Lille. L’ensemble de la profession peut y participer.

© D R


Une journée entière dédiée à l’élevage au Conseil régional Hauts-de-France. Rendez-vous phare programmé dans le plan d’urgence en faveur de la filière, les Etats généraux de l’élevage se tiendront le
10 juin au siège de la Région. Plus de 1 000 personnes, issues de l’ensemble du monde agricole, sont attendues pour une première session d’échanges et de débats sur la politique à élaborer pour l’avenir de l’élevage du territoire.

Six ateliers, six thèmes à développer
«Face à un élevage qui se délite, nous devons avoir une vision à la fois microéconomique et globalisée de la situation en région, a indiqué Marie-Sophie Lesne, vice-présidente du Conseil régional en charge de l’agriculture, lors de l’annonce de l’événement, le 30 mai à Lille. C’est pourquoi tous les acteurs de la filière sont appelés à venir participer et travailler pour bâtir une stratégie pour l’élevage des Hauts-de-France». Après une matinée consacrée à l’analyse et au décryptage de la crise agricole actuelle, les participants prendront part à six ateliers sur différents thèmes (pilotage des exploitations, compétitivité, rentabilité, conditions de travail, diversification, qualité, agro­alimentaire, export…). «Les Etats généraux sont un point de départ où chacun pourra faire des propositions, explique Anne-Charlotte Dockès de l’Institut de l’élevage. A la fin de la journée, des groupes de travail vont être constitués avec des volontaires afin de poursuivre les discussions durant l’été». Le début de plusieurs mois de chantier.

Etablir un programme d’action pluriannuel
Après plusieurs rencontres, la restitution des travaux de groupes est programmée à l’automne 2016. «L’objectif est de transmettre rapidement les premières grandes orientations, le budget primitif de la Région étant voté en décembre», précise Marie-Sophie Lesne. «Nous voulons jouer notre rôle politique, être réactif et mettre en place des outils à disposition des agriculteurs», poursuit François Bonnet, directeur de la Draaf Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Un plan d’action pluriannuel, en complément des mesures conjoncturelles prises cette année, devrait ensuite voir le jour au printemps 2017. Il prendra aussi en compte les conclusions des Etats généraux des filières végétales régionales qui auront, elles aussi, droit à leur journée fin septembre, début octobre 2016.

Audits-conseils : 450 demandes en un mois
Lancés officiellement sur le terrain en avril, les audits-conseils battent actuellement leur plein dans la région. «Nous avons reçu 450 demandes pour le moment, annonce Marie-Sophie Lesne. Elles seront toutes honorées, il n’y a pas de sélection, mais un ordre de passage en fonction de la situation a été établi.» Le dispositif gratuit consiste en une analyse complète des forces et les faiblesses de l’exploitation afin de proposer aux éleveurs demandeurs des évolutions concrètes à mettre en œuvre pour retrouver des perspectives. «C’est une opération d’envergure réunissant toutes les forces vives qui gravitent autour d’une ferme (agriculteurs, centres de gestion, banquiers, etc.)», complète la vice-présidente. La somme (500 000 €) attribuée par la Région au GIE lait-viande Nord-Picardie pour le financement des audits-conseils a été validée en séance plénière du Conseil régional, le 27 mai dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde