Aller au contenu principal

Bénédicte Thiébaut : «les maires ont besoin d’être accompagnés»

Bénédicte Thiébaut, maire de Roiglise et présidente de la Communauté de communes du Grand Roye, a été élue présidente de l’Association des maires et élus de la Somme le 9 octobre. Sa volonté : accompagner les maires, majoritairement ruraux, dans leur fonction.

Bénédicte Thiébaut, infirmière de formation, retrouve dans son rôle d’élue ce qui l’a toujours animée : le contact avec les gens.
Bénédicte Thiébaut, infirmière de formation, retrouve dans son rôle d’élue ce qui l’a toujours animée : le contact avec les gens.
© A. P.

Quelle a été votre motivation pour vous présenter à la présidence de l’Association des maires et élus de la Somme (AMF 80) ?
Jean-Claude Billot, mon prédécesseur, m’avait encouragée à me présenter. Il a fallu que je m’organise, car c’est beaucoup de travail et d’investissement, alors que je suis déjà maire de Roiglise et présidente de la Communauté de communes du Grand Roye. Mais j’ai su trouver un équilibre, surtout grâce aux équipes compétentes qui m’accompagnent dans chacune de mes missions locales. Avec le décès accidentel de Claude Billot, le 8 août, la relève a été brutale. D’autant qu’avec ce contexte de crise sanitaire, l’année est très particulière. Mais je fais tout pour me montrer à la hauteur. Être élue est une vraie passion. Je retrouve ce qui m’animait lorsque j’exerçais en tant qu’infirmière : le contact direct avec les gens.

Quels seront vos objectifs pour ce mandat de six ans ?
Jean-Claude Billot avait mis un point d’honneur à la formation des élus. Il me paraît essentiel de poursuivre ces travaux, parce qu’être maire, aujourd’hui, c’est presque un métier. Pour pouvoir mener ses projets, le maire doit connaître le fonctionnement administratif d’une commune, d’une intercommunalité et de tous les organismes qui existent pour l’épauler. Dans le cadre d’une demande de subventions, par exemple, il y a des maillons qu’il ne faut pas louper.
Nous avons aussi un rôle à jouer dans le plan de relance que met en place le gouvernement pour faire face à la crise sans précédent que nous traversons. Nous nous positionnons comme le relais entre l’État et les élus locaux. Eux-mêmes sont les premiers interlocuteurs de leurs habitants. D’une manière générale, l’Association des maires de la Somme est là pour répondre à toutes les questions des élus, d’ordre juridique ou qui concernent la manière d’aborder les problèmes qu’ils peuvent rencontrer avec leurs citoyens, par exemple.

Quelle place accordez-vous à la ruralité, qui concerne un grand nombre de communes dans le département ?
Mon principal atout est d’être maire d’une commune de 170 habitants, et à la fois présidente d’une intercommunalité de 26 000 habitants, avec deux bourgs centres, Roye et Montdidier, donc de connaître les problématiques de la politique rurale comme urbaine. La mobilité, entre autres, est un sujet majeur de la politique rurale. Des projets impactants sont d’ailleurs menés au niveau local, comme le maillage du territoire à travers une piste cyclable. Ce sera un atout pour le développement du tourisme vert, qui est une force pour la Somme. La ville peut aussi être liée à la campagne. Pendant le confinement, par exemple, nous avions mis en place un drive fermier à Roye et à Montdidier qui permettait aux citoyens de s’approvisionner en circuits courts. Cette action s’est malheureusement essoufflée après le déconfinement, mais nous gardons l’idée dans un coin de notre tête.

Vous avez également montré votre intérêt pour les problématiques du monde agricole, puisque vous êtes signataire de la convention de Demeter 80, la cellule de lutte contre l’agribashing, créée le 15 octobre. Quel est votre rôle ?
Ce secteur est effectivement important à mes yeux, d’autant que mon mari est agriculteur à Roiglise. La cellule Demeter 80 est un dossier que j’ai repris en cours de route, et je trouve notre investissement très pertinent. Les maires ont un rôle fort dans la lutte contre les atteintes au monde agricole : ils doivent être le relai pour l’agriculteur qui peut avoir tendance à se replier sur lui-même lorsqu’il est victime de violences. Avec les représentants de la profession, nous allons travailler à l’élaboration d’une communication commune, qui permettrait de renforcer et de déployer le réseau.

Quelles seront les prochaines échéances pour l’AMF 80 ?
Nous avons un premier bureau programmé le 2 novembre. Nous devons écrire notre règlement intérieur, revoir nos statuts pour pouvoir nous adapter au contexte de crise, comme permettre le vote par correspondance… Nous allons établir les bases qui nous permettront d’avancer.

L’AMF 80, en bref

L’Association des maires ruraux de la Somme est née en 1975, à l’initiative de quelques élus. Après être devenue l’Association des maires des communes rurales de la Somme en 1984, puis l’Association des maires et élus ruraux et urbains de la Somme en 1990, elle a adhéré à l’Association des maire de France en 1998 et s’appelle, depuis cette date, l’Association des maires et élus de la Somme. Pour l’AMF 80, le département de la Somme est composé de quatre secteurs : centre-ouest, est, nord et littoral. Chaque secteur dispose de huit représentants, soit trente-deux membres au conseil d’administration. Quatre vice-présidents ont été élus : Claude Cliquet, maire d’Albert, Pascal Demarthe, maire d’Abbeville, Brigitte Fouré, maire d’Amiens, et Alain Surhomme, maire d’Esclainvillers. Aujourd’hui, l’association rassemble les représentants de 712 communes du département sur 772, et 11 intercommunalités sur 14.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde