Aller au contenu principal

Betterave : toute occasion est bonne pour parler de jaunisse

Une vingtaine de députés de la majorité présidentielle se sont absentés du programme officiel de leurs journées parlementaires à Amiens, fin de semaine dernière, pour rencontrer la CGB Somme et évoquer la protection de la betterave contre la jaunisse.

Une vingtaine de députés sont venus constater vendredi dernier les effets de la jaunisse sur le poids des betteraves à quelques jours de la récolte et du débat sur la réautorisation des NNI au parlement.
Une vingtaine de députés sont venus constater vendredi dernier les effets de la jaunisse sur le poids des betteraves à quelques jours de la récolte et du débat sur la réautorisation des NNI au parlement.
© V. F.



Le débat sur le projet de loi ré-autorisant temporairement l'utilisation des substances néonicotinoïdes (NNI) pour la protection de la betterave contre le puceron vert et la jaunisse promet d'être «tendu» le 5 octobre prochain. D'où vient ce sentiment ? D'une rencontre vendredi dernier entre des députés de la majorité présidentielle et de représentants de la CGB Somme et Hauts-de-France. Une vingtaine d'entre eux ont ainsi répondu à cette discussion en bout de champ, animée par leur collègue samarien Jean-Claude Leclabart. Parmi ces élus, on retrouvait l'ancien ministre de l'Agriculture et député de la Manche Stéphane Travert, Aurore Bergé pressentie un temps pour prendre la tête du groupe des députés marcheurs, des membres des commissions des affaires économiques et développement durable de l'Assemblée nationale dont sa présidente Laurence Maillart ou encore le rapporteur du projet de loi, Grégory Besson-Moreau. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que tous ne partagent pas, ni ne témoignent de la même bienveillance.

Péril d'une filière
En attendant les débats parlementaires, pour la CGB Somme et son président Dominique Fiévez, pas question de baisser la garde, même s'il s'agissait avant tout de faire de la pédagogie : «Le phénomène de la jaunisse qui touche nos parcelles cette année met en péril notre filière, et plus largement notre souveraineté alimentaire.» Cette filière, a-t-il poursuivi, c'est 400 000 hectares, 21 usines de transformation ou encore 45 000 salariés. Comment en est-on arrivé là ? Là encore, la CGB prend le temps de l'explication et remercie au passage les artisans de travaux qui ont conduit à un projet de loi et au plan d'accompagnement de la filière : «Entre 2012 et 2016, on nous a régulièrement répété que la betterave ne serait pas concernée par l'interdiction des néonicotinoïdes puisque des travaux de l'Institut technique de la betterave (ITB) ont montré qu'elle ne fleurit pas et qu'il n'y a donc pas de risque pour les pollinisateurs. Pendant cette période, les efforts de la recherche se sont donc concentrés sur d'autres sujets comme le désherbage, la richesse en sucre. Ce n'est qu'en 2016-2017 et la promulgation de la loi Biodiversité que l'on s'est remis à s'intéresser aux alternatives aux néonicotinoïdes, mais il faut un certain nombre d'années pour trouver des solutions intéressantes

Des garanties demandées par le législateur
Parmi les députés présents, certains plus que d'autres insistent pour obtenir un certain nombre de garanties : «Est-ce que dans trois ans, on se revoit au même endroit pour discuter de la même chose, interroge Aurore Bergé. Il n'est pas question de signer un chèque en blanc». Pour sa collègue Laurence Maillart, «le futur de la betterave, ce ne sont pas les pesticides mais la sélection variétale et le changement de pratiques agronomiques. Le législateur doit être assuré que vous explorez bien toutes les situations». Mais ce qui ressemble à un procès en faux-semblant ne passe pas aux yeux de la Chambre d'agriculture de la Somme, Françoise Crété, invitée au débat : «Les agriculteurs ont toujours su répondre à la demande de la société. Quand après-guerre, il a fallu produire en masse, nous avons su le faire. Aujourd'hui, le monde agricole continue d'évoluer et de s'adapter, mais le problème, c'est le temps que cela demande et des budgets nécessaires à la recherche qui se sont restreints. Si les pouvoirs publics veulent nous engager dans une direction, qu'ils nous donnent les moyens d'y arriver.» Député de Loire-Atlantique et ancien agriculteur bio, Yves Daniel soutiendra, quant à lui, le projet de loi : «À une situation exceptionnelle, il faut répondre par des mesures exceptionnelles», a-t-il défendu.

Communiquer avant, pendant, après
Sans s'avancer sur le résultat du vote, le rapporteur du projet de loi Grégory Besson-Moreau l'assure : «Nous avons besoin de communiquer sur le sujet, entre nous, mais aussi avec les autres. Si la dérogation est votée, il faudra que nous expliquions le pourquoi de cette décision face à des positions qui se radicalisent.» La mission de communiquer en amont du 5 octobre - c'est la date à laquelle le projet de loi sera débattu au Palais Bourbon - revient, quant à elle, à la filière betteraves entièrement mobilisée, du syndicalisme aux industriels en passant par les semenciers et la recherche. En attendant, chacun continue aussi de croiser les doigts pour que les écarts de rendements dus à la jaunisse virale ne soient pas trop importants cette année.   

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde