Aller au contenu principal

Betteraves et jaunisse : satisfecit de la CGB, Générations futures menace d’un recours

A l'issue de la rencontre entre le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie et les représentants de la filière betterave-sucre le 6 août, plusieurs organisations et responsables professionnels ont salué les mesures annoncées.

Selon la CGB, une réponse "urgente" des pouvoirs publics était attendue pour répondre au désarroi des betteraviers.
Selon la CGB, une réponse "urgente" des pouvoirs publics était attendue pour répondre au désarroi des betteraviers.
© ITB

« C’est le bon sens qui prime », s'est félicité Franck Sander, président de la Confédération générale des betteraviers (CGB), en réaction à l’annonce de la dérogation à l’interdiction des néonicotinoïdes (NNI) par le ministère de l’Agriculture.

Selon l'agriculteur du Bas-Rhin, « le ministre a compris qu’il fallait apporter des garanties aux planteurs pour éviter que la filière s’effondre (...) Face au désarroi des betteraviers en pleine impasse technico-économique, une réponse urgente des pouvoirs publics était attendue. L’engagement du gouvernement pour que les betteraviers disposent d’insecticides efficaces en enrobage de semence doit être de nature à conforter les agriculteurs dans leurs intentions de semis. Le plan d’actions répond aux demandes émises par la CGB : des solutions techniques pour 2021, des indemnisations pour les planteurs sinistrés et une amplification de la recherche d’alternatives. Après 2 ans de crise, cette annonce du Ministre va devoir se concrétiser rapidement dans les semaines à venir. »

Des industriels rassurés

En contrepartie du plan de soutien annoncé le 6 août, « les industriels se sont engagés à ne pas fermer d’usines », a également précisé le président de la CGB.

« Ces annonces sont de nature à sécuriser les semis de betteraves pour la campagne 2021/2022 », a approuvé de son côté Tereos, n°1 français du sucre.

Du côté de Cristal Union, on salue également « une décision réaliste et pragmatique qui doit sortir la filière betteravière de l'impasse ».

Pour certains, frilosité et animosité

Face à ceux qui ont salué de manière positive et enthousiaste les mesures annoncées par le ministre de l'Agriculture, d'autres se sont montrés plus réservés... voire hostiles.

La dérogation est une « solution temporaire et très encadrée face à une situation exceptionnelle », a ainsi indiqué à Agra Presse le cabinet de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Alors députée de la Somme, c’est elle qui fut à l’origine de l’interdiction des néonicotinoïdes, inscrite dans la loi biodiversité votée en 2016.

De son côté, l'ONG Générations Futures se dit « scandalisée par cette décision ministérielle », dans un communiqué publié en milieu de journée : « Nous ne manquerons donc pas d’employer toutes les voies de recours possibles », prévient son directeur François Veillerette. Il y a quelques, l'association avait déjà exposé son ressenti : « Face à la pression des betteraviers, Générations Futures se positionne fermement contre d'éventuelles dérogations accordées à des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave car ces substances sont dangereuses pour l'environnement et la santé », ignorant ainsi l'argument consistant à démontrer la non-dangerosité des néonicotinoïdes utilisés en enrobage en culture de betteraves.

Générations Futures regrettait alors dans le même temps que dans l'hypothèse où une dérogation viendrait ré-autoriser l'utilisation des NNI, la France perde sa position de « précurseur pour la protection des pollinisateurs ». Et tant pis pour la place de leader qu'occupe la France en Europe – elle est le premier pays producteur européen - et dans le monde dans la production de sucre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde