Aller au contenu principal

Betteraves et Marquis : un préjudice de 700 000 euros pour les ETA

La fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT) a chiffré le manque à gagner lié à non-récolte des parcelles de betteraves traitées avec l’herbicide Marquis et demande un dédommagement. 

arrachages betteraves
Selon la FNEDT, une trentaine d’ETA situées dans les départements de la Marne (51), des Ardennes (08) et de l’Aisne (02) seraient pénalisées.
© Vervaet

« Dans l’intérêt de la filière betterave sucre, des planteurs comme des fabricants de sucre, la sauvegarde des ETA entrainées dans cette tourmente est indispensable à court terme et pour la campagne 2022 » a déclaré Gérard Napias, président de la FNEDT, ce jeudi 26 août. De quoi s’agit-il ? Des conséquences de la destruction ordonnée par l’administration d’un certain nombre de parcelles de betteraves – à 5 000 hectares - traitées avec deux lots non-conformes de l’herbicide Marquis.

Pour les entreprises de travaux agricoles, qui dit destruction dit également « non-récolte » et donc manque à gagner. Selon la FNEDT, une trentaine d’ETA situées dans les départements de la Marne (51), des Ardennes (08) et de l’Aisne (02) seraient pénalisées. L’organisation chiffre la perte de chiffres d’affaires à « 700 000 euros », rappelant que « 70% de la récolte de betteraves est déléguée aux ETA ».

« Les planteurs vont être indemnisés, les sucriers également et pas les Eta qui ont en plus investi dans du matériel d’arrachage très couteux », regrette pour le moment la FNEDT qui explique avoir envoyé un courrier à Adama, le fabricant du produit défectueux, ainsi « qu’aux différentes parties prenantes ».

Le 12 août dernier, Adama France assurait avoir pris la mesure « de l’impact potentiel pour la filière » et s’était engagée « à agir de manière responsable pour accompagner les acteurs de la filière et tous les agriculteurs concernés, le plus efficacement possible ». La FNEDT rappelle quant à elle que « la récolte est le 1er poste de charges entre automotrices, machines intégrales ou chantier complet ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde