Aller au contenu principal

Betteraves et NNI, c’est reparti pour une saison

Le gouvernement a publié au Journal officiel du 1er février un arrêté permettant de poursuivre pour l’année 2022 l’usage des néonicotinoïdes pour le traitement des semences de betteraves sucrières. 

Pour la CGB, la publication de cet arrêté autorisant de manière dérogatoire les NNI pour la campagne 2022 devrait «permettre d’aborder plus sereinement la nouvelle récolte».
Pour la CGB, la publication de cet arrêté autorisant de manière dérogatoire les NNI pour la campagne 2022 devrait «permettre d’aborder plus sereinement la nouvelle récolte».
© Pixabay

Dans les starting-blocks, les semenciers vont pouvoir débuter l’enrobage des semences de betteraves prévues pour la prochaine campagne avec des substances à base de néonicotinoïdes pour les protéger de la jaunisse virale. Comme il s’y était engagé, le gouvernement a en effet publié le 1er février au Journal officiel l’arrêté mettant un place une dérogation à l’interdiction des NNI, pour la seule betterave à sucre, et pour une durée de trois ans. Dans une note technique du même jour, l’Institut technique de la betterave (ITB) rappelle que les deux produits concernés par cette dérogation sont le Cruiser SB à base de thiaméthoxame et le Gaucho 600 FS à base d’imidaclopride à la dose de 75 % de la dose d’autorisation de mise en marché.

Le «pourquoi» d’une dérogation

Dans un communiqué commun du 1er février, ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture soulignent «qu’en l’absence de solution alternative efficace mobilisable à grande échelle dès 2022, cette dérogation est fondée sur des critères scientifiques et a fait l’objet d’un avis favorable du Conseil de surveillance institué par la loi. Elle est temporaire et strictement encadrée». Témoin de cette volonté de limiter la portée de la dérogation, et conformément aux avis de l’Anses, l’arrêté dérogatoire «encadre strictement les cultures implantées à la suite d’une culture de betteraves traitées aux néonicotinoïdes, afin de préserver les pollinisateurs. Toute autre utilisation de néonicotinoïdes est et restera interdite en France».  

 

Se passer des NNI en 2024

La publication de cet arrêté a ensuite donné l’occasion aux deux ministères en lutte sur le sujet de faire un point d’étape sur la recherche d’alternatives aux néonicotinoïdes. Après avoir lancé en décembre 2020, un plan national de recherche et d’innovation (PNRI) visant à préparer la sortie définitive des néonicotinoïdes grâce à l’identification et au déploiement d’alternatives aux semences enrobées, le gouvernement semble se réjouir qu’un certain nombre de ces alternatives soient aujourd’hui identifiées. «Plusieurs solutions émergent pour permettre aux betteraviers de se passer au plus tard en 2024 des néonicotinoïdes face au risque de jaunisse», indiquent ainsi les ministères. Ces alternatives, de quoi s’agit-il ? En vrac, on peut citer «l’utilisation de cultures auxiliaires qui repoussent les pucerons, mise en place d’infrastructures agro-écologiques à proximité des champs de betteraves, sélection variétale, biocontrôle avec l’utilisation de médiateurs chimiques ou encore recours à des prédateurs naturels des pucerons...» Ces solutions sont en cours d’expérimentation dans les 500 ha de fermes-pilotes prévues par le programme de recherche auxquelles s’ajoutent, dès 2022, 250 ha de fermes de démonstration gérées par l’interprofession pour tester des solutions en condition réelle au champ. 

L’État, qui y a déjà consacré 7 millions d’euros, annonce qu’il envisage de «compléter ces crédits pour financer de nouveaux projets identifiés comme prometteurs, donnant un maximum de chances au développement d’alternatives aux néonicotinoïdes». 

L’objectif de ces essais est de valider ces nouvelles pratiques afin de «se passer définitivement des néonicotinoïdes au plus tard à partir de la saison 2024 dans la conduite des cultures betteravières», rappellent les pouvoirs publics. La filière betteravière s’est, par ailleurs, engagée à accélérer encore la mise en place de bandes mellifères à destination des pollinisateurs pour atteindre, dès fin 2022, le chiffre de 4 000 ha. 

 

Outil de sécurisation de la rentabilité

Pour la CGB, la publication de cet arrêté devrait «permettre d’aborder plus sereinement la nouvelle récolte». Alors que la récolte 2021-2022 touche à sa fin, le syndicat betteravier constate un rendement national qui devrait être «légèrement inférieur à la moyenne quinquennale». Toujours selon la CGB, «alors que les marchés sont porteurs, que les coûts de production connaissent une forte inflation tant pour l’amont que pour l’aval, il est indispensable de donner les moyens à la filière de poursuivre son redressement économique, ce qui passe par la prévention des risques sanitaires pesant sur sa culture». 

Le syndicat se montre toutefois critique sur la liste des cultures autorisées après une betterave sucrière traitée avec des néonicotinoïdes (lire encadré ci-dessous), regrettant «le maintien de fortes restrictions sur les cultures suivantes», ce qui pourrait engendrer «une baisse des surfaces de betteraves ou des modifications d’assolement synonymes d’appauvrissement du bol alimentaire des insectes pollinisateurs».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde