Aller au contenu principal

Politique
Betteraves, NNI et fermeture de sucrerie : cynisme et hypocrisie chez les écolos

Les élus écologistes des Hauts-de-France apportent leur soutien aux salariés de la sucrerie d'Escaudoeuvres (59) dont la fermeture a été annoncée le 8 mars par le groupe coopératif Tereos. Pour eux, l'interdiction des néonicotinoïdes n'y est pour rien.

Escaudoeuvres fermeture sucrerie
Le panache de fumée noire qui monte depuis le parking de l'usine Tereos d'Escaudoeuvres témoigne de la mobilisation des salariés de la sucrerie dont la fermeture a été annoncée le 8 mars.
© V.F.

Dans la série des soutiens politiques aux salariés de la sucrerie d’Escaudoeuvres depuis l’annonce de sa fermeture par le groupe sucrier Tereos, il en est qui ne manque pas d’air : celui des élus écologistes au Conseil régional des Hauts-de-France, d’Europe Écologie Les Verts Nord-Pas de Calais, du groupe écologiste au Conseil général du Nord et du groupe local EELV du Cambrésis. Dans un communiqué du 11 mars, ces élus expliquent en effet « apporter leur soutien aux salarié.es du site d’Escaudoeuvres et dénoncent cette décision de la direction de Tereos ».

Pour EELV, la décision du groupe Tereos serait en effet motivée par « une logique purement financière », en ayant pour effet de « faire baisser les coûts de cette entreprise pour augmenter ses bénéfices ». L’interdiction de l’utilisation des néonicotinoïdes pour la protection des betteraves contre la jaunisse et la baisse des surfaces constatée par Tereos ne sont, pour les élus écologistes régionaux, pas un argument : « L’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes, confirmée en début d’année par la Cour de justice de l’Union européenne, ne doit pas servir de prétexte à cette annonce », écrivent-ils dans leur communiqué. Et d’ajouter que « les salarié.es du groupe se retrouvent victimes du manque d’anticipation de la direction de Tereos qui aurait pu financier des solutions alternatives au recours à ces pesticides par les producteurs de betteraves ». En janvier dernier, lorsque la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) annonçait l’interdiction des néonicotinoïdes en Europe et la fin des dérogations délivrées par l’État, EELV avait qualifié de « victoire » cette décision de justice.

Depuis, entreprises sucrières et profession agricole n’ont cessé de crier leurs inquiétudes vis-à-vis de cette décision, allant jusqu’à craindre une déstabilisation de la production de betteraves et de sucre en France. La suite, on la connait : le 8 mars dernier, Tereos a annoncé « un projet de réorganisation de son activité industrielle en France », impliquant notamment la fermeture de la sucrerie d’Escaudoeuvres et la suppression de 123 postes. « Comment ne pas voir dans ces fermetures la conséquence directe de la pression réglementaire croissante sur les moyens de production de la culture betteravière ? », s’interrogeait alors la CGB dans un communiqué daté du 9 mars. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde