Aller au contenu principal

Betteraves : résultats des essais de désherbage

C’est sous une pluie battante qu’a eu lieu la 7e rencontre technique sur le désherbage de la betterave organisée par l’agro-industriel Indien, l’UPL OpenAg, mercredi dernier, à Athies.

Essais désherbage betteraves, variété Charcot, semées le 28 février 2019.
Essais désherbage betteraves, variété Charcot, semées le 28 février 2019.
© C. L.



«Les solutions de désherbage betterave représentent 20 à 22 % du chiffre d’affaires de la société et plus d’un tiers des surfaces betteraves en France sont désherbées avec les produits fabriqués et commercialisés par UPL OpenAg»,  lance en introduction l’agro-industriel indien avant de débuter la visite de la plateforme d’essais. Invités ce jour-là, les représentants de la distribution, les coopératives, les négoces et les prescripteurs ont pu découvrir les différents essais mis en place par la société sur la plateforme d’Athies, soit quatre essais désherbage betteraves, un pôle pomme de terre et un essai désherbage céréales avec la présentation d’un nouveau produit en attente d’homologation.
L’un des essais désherbage betteraves, appelé essai comparaison de molécules, a été réalisé dans le «but de montrer l’efficacité des différentes substances actives contre les dicotylédones», explique un technicien de l’UPL OpenAg. Ainsi, par exemple, la substance active, le phenmédiphame, affiche taux d’efficacité de 70 % contre les fumeterres officinals et les renouées persicaires. A l’inverse, la molécule s’avère peu efficace contre les morelles noires ou encore les gaillets gratteron. Le desmédiphame a, quant à lui, montré un taux d’efficacité de 90 % sur les amarantes réfléchies et la sanve contre 20 et 50 % d’efficacité sur les gaillets gratteron et les morelles noires. L’association de ces deux molécules, qui donne le Beetup Compact, affiche alors un résultat de 100 % d’efficacité sur  les amarantes réfléchies, 90 % contre les renouées persicaires, 40 % contre les gaillets gratteron et 50 % contre les morelles noires.
L’entreprise a également mis en place un essai avec l’application d’une solution composée de métamitrone et de quinmérac. Cet  essai affiche de très bons résultats contre de nombreux dicotylédones, comme les chénopodes blancs (94,5 % d’efficacité), les arroches (100 % d’efficacité), les fumeterres officinals (87,5 % d’efficacité), le colza d’hiver, etc. Un seul défaut : seulement 20 % d’efficacité contre les fumeterres officinals.

Essais programme de désherbage
Les essais suivants, nommés essai programme de désherbage sans chloridazone et essai programme de désherbage sans phenmédiphame et desmédiphame, ont été menés dans l’idée, qu’un jour, l’une ou l’autre de ces substances actives risquerait de ne plus être homologuée. Ainsi, les essais de désherbage sans chloridazone ont montré qu’un passage en pré-levée, et notamment avec de l’Oblix MT à 2 L/ha, s’avérait le plus efficace contre un grand nombre d’adventices.
Quant aux essais des différents programmes de désherbage sans phenmédiphame et desmédiphame, l’efficacité reste moyenne contre les gaillets gratteron et les morelles noires.

Un nouveau désherbant en céréales
Petite nouveauté présentée ce jour-là, un essai désherbage sur céréales à paille avec l’application d’un nouveau produit innovant. Issu du mélange de deux substances actives, soit du metsulfuron-méthyl et du bensulfuron-methyl, cette nouvelle solution se présente sous la forme de granulés dispersables dans l’eau et affiche une bonne efficacité sur l’ensemble des adventices. Appliqué au stade dernière feuille tallée ou à la sortie d’hiver, ce nouveau désherbant couvrirait un large spectre d’anti-dicotylédones avec une efficacité renforcée sur les gaillets, véroniques et fumeterres (cf. tableau des notations). Ce produit a fait l’objet d’une demande d’homologation. L’agro-industriel attend aujourd’hui une réponse.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde