Aller au contenu principal

Betteraves sucrières : valoriser la production bio

Si les premiers essais de cultures de betteraves biologiques dans les Hauts-de-France remontent à la fin des années 1990, la capacité à valoriser la production n’a pas suivi, contrairement à d’autres pays européens. Une situation qui tend à évoluer.

Le scénario de Bio Hauts-de-France consiste à créer de plus petites unités de transformation afin de valoriser les lots de betteraves biologiques.
Le scénario de Bio Hauts-de-France consiste à créer de plus petites unités de transformation afin de valoriser les lots de betteraves biologiques.
© J.-C. Gutner

«Ça fait longtemps qu’on l’attend. Dans la région, on ne fait qu’en parler... Ailleurs, en Europe, ils l’ont fait !» Voici comment Thierry Montaigne, gérant de la société grossiste Centre écologique et biologique-Société nouvelle (CES SN), spécialisée en produits biologiques et écologiques non périssables, annonce l’arrivée en magasin du sucre de betterave cristallisé bio allemand en sac de 25 kg. L’occasion de faire un point sur la betterave sucrière de notre région, dernière culture à ne pas trouver de débouchés en bio en France.
«90 % du marché du sucre bio est issu des cannes à sucre. Et les 10 % restants sont produits à partir de betteraves biologiques qui viennent de l’étranger, notamment d’Allemagne», confirme Simon Hallez, responsable Filières et territoires à Bio Hauts-de-France (anciennement Gabnor qui a fusionné avec l’Agriculture biologique en Picardie depuis le 1er janvier 2018). Et pour cause : aucune filière n’est encore en mesure de valoriser cette production. Mais cette situation pourrait évoluer ces prochaines années : «2018 est une année charnière, et nous prévoyons un démarrage de la filière dès 2020», estime Simon Hallez.

Valoriser des petits lots de betteraves bio
Les premiers essais de cultures de betteraves biologiques, qui remontent à la fin des années 1990, ne sont pas nouveaux. Mais le point de blocage résidait d’ores et déjà dans la capacité à la valoriser. «Les volumes sont assez faibles par rapport aux tailles importantes des outils de production. La taille des outils des sucreries n’est pas adaptée au traitement de ces petits volumes, détaille le responsable. Notre scénario consiste en la création de plus petites unités de transformation, plus accessibles financièrement, et qui seraient donc capables de valoriser des plus petits lots
C’est ce scénario qui occupe aujourd’hui Bio Hauts-de-France à 100 %. Car s’il n’était qu’une hypothèse il y a deux ans, il est devenu concret depuis fin 2017 suite à une enquête nationale estimant qu’environ 180 entreprises françaises utilisent du sucre bio dans leurs procédés de fabrication, soit 20 % du marché du sucre bio français. Cette donnée permet de mesurer les marges de manœuvre des entreprises agro-alimentaires pour substituer le sucre de canne par le sucre de betterave. Or, «ce qui nous fait dire que c’est réaliste, c’est la motivation des acteurs économiques pour s’impliquer dans une filière un peu différente. Il y a deux ans, nous étions entre producteurs. Aujourd’hui, nous fédérons aussi des transformateurs et des distributeurs».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde