Aller au contenu principal

Betteraves : un bon rendement, mais inférieur aux prévisions

La récolte 2014 va se solder par des excédents, ce qui devrait entraîner une baisse des surfaces de l'ordre de 5% en moyenne en 2015.

© AAP

La campagne betteravière 2014 va s'achever sur un bon rendement dans la Somme, qui dépassera les 90 tonnes à 16. A la mi-décembre, il s'élevait à 89 t à Eppeville, 88 t à Attin, 91 t à Roye, 90 t à Boiry et Sainte-Emilie. La richesse atteint 17,7 en moyenne.
Ce niveau de rendement est toutefois en-deçà des prévisions qui étaient plutôt supérieures à 95 t, voire proche de 100 t dans certaines zones, notamment le Santerre et le Vermandois. C'est la première fois que l'on enregistre à l'Asbs (Association syndicale betteravière de la Somme) un tel écart. Et on l'explique pour plusieurs raisons :
Premièrement, la prévision de rendement à partir des prélèvements n'a pas suffisamment pris en compte le problème des levées échelonnées au printemps, commente en substance Etienne Lenaerts, directeur de l'Asbs.

Forte attaque de mildiou
Deuxièmement, le mois d'août a été très pluvieux et froid. Septembre, chaud et ensoleillé aurait dû permettre aux betteraves de se rattraper, mais elles ont été pénalisées par le mildiou dont on n'avait pas connu une telle attaque depuis 1947. Le secteur de Péronne a été l'épicentre de la maladie.
Troisièmement, les maladies du feuillage (rouille, ramulariose, oïdium...) ont handicapé la progression de la richesse. «On ne saurait trop recommander aux planteurs de suivre, avant tout traitement, les informations données sur le site de l'ITB PrévibetFongi. Nombre de planteurs ne sont pas intervenus à la bonne date et parfois avec un sous dosage. Avec une telle pression des maladies, ça n’a pas pardonné cette année», souligne Etienne Lenaerts.
Les rendements obtenus restent malgré tout très satisfaisants.
Cette mauvaise appréciation du rendement a eu pour conséquence de raccourcir la durée de campagne, d’avancer les dates d’enlèvement ce qui s’est traduit par un manque de betteraves pour approvisionner certaines usines, notamment au début de la campagne.
La tare terre s'élève en moyenne à 11,5% sachant que 50% des betteraves de Sainte-Emilie ont été déterrées cette année (ce sera 100% l'an prochain). Le déterrage est généralisé partout ailleurs.

Bâchage préventif
S'agissant de la protection des silos contre le gel, un bâchage préventif au choix du planteur a été proposé à Roye. L'Asbs a négocié une prime de 65 cts la tonne. Avec un double objectif : protéger les betteraves bien entendu, mais aussi réduire la tare terre. La terre ayant séché sous la bâche, on peut gagner deux points de tare terre, soit 0,2 euros la tonne de betteraves.

Pulpes
La pulpe sera encore correctement rémunérée cette campagne 2014, malgré la baisse des prix des céréales qui sera compensée par un moindre coût de l'énergie et des volumes supérieurs. On devrait ainsi approcher les niveaux de rémunération de la dernière campagne.
Pour les pulpes de la campagne 2013, la prime d’abandon a été fixée à 3,20 euros/t à la Sica de Roye, 2 euros/t à celle d'Epénancourt, 2 euros/t chez Tereos et 2,50 euros/t chez Cristal Union.

Baisse des surfaces en 2015
La récolte 2014 va se solder par des excédents. «On a sans doute sur-emblavé cette année, de l'ordre de 6 à 8 tonnes/ha en trop», commente Dominique Fiévez, président de l'Asbs. «Quoiqu'il en soit, les industriels vont essayer de limiter au maximum le report. Nous conseillons aux planteurs d'attendre le prix proposé pour ces betteraves excédentaires avant de prendre toute décision de report ou de vente».
La prochaine campagne sera encore sous le régime des quotas, l'avant dernière. En attendant 2017, pour l'Asbs, il faut donc être vigilant, n'emblaver qu'en fonction de son rendement moyen sur cinq ans et des contrats et quotas sucre proposés par l'industriel, afin d'éviter de nouveaux excédents. Ce qui devrait conduire à une baisse des surfaces de l'ordre de 5% en moyenne.

Les assemblées de groupements de l'ASB

Vendredi 9 janvier 2015 : Bouin Plumoison à 14h30 à la salle des fêtes - Rue du Mont de Kersuin (Usine concernée Attin)
Mardi 13 janvier 2015 : Hangest-en-Santerre (80) à 9h30 à la salle des fêtes - Place de la gare (Usine concernée Roye)
Mardi 13 janvier 2015 : Sancourt (80) à 14 h 30 à la salle Polyvalente - Rue de l’église (Usine concernée Eppeville)
Jeudi 15 janvier 2015 : Hornoy-le-Bourg (80) à 9h30 à la Maison des Jeunes - 45 rue Charles Dufour (Usine concernée Boiry)
Jeudi 15 janvier 2015 : Grand Laviers (80) à 14h30 à la salle Polyvalente - Route du Crotoy (Usine concernée Attin)
Lundi 19 janvier 2015 : Villers Bocage (80) à 14 h AG Sica PHP - Puis à 15h30 AG Groupement à la salle Polyvalente
Rue Charron (Usine concernée Ste Emilie)
Mardi 20 janvier 2015 : Bertangles (80) à 9h30 à la salle des fêtes - (Usine concernée Boiry)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Ynsect et Pompili
Ÿnsect au petit-déjeuner de ministres européens
La ministre française de la Transition écologique invite ses homologues européens à découvrir le chantier quasi-achevé de l’usine…
SIA
SIA 2022 : « Mon souhait est de le maintenir », déclare Julien Denormandie
Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, ne s’est pas franchement prononcé ce mardi 4 janvier sur la tenue de la 58
Yann Joly espérait faire reconnaître le «trouble de voisinage» causé par les éoliennes sur son troupeau. Le TGI de Paris l’a débouté, mais il souhaite faire appel.
Yann Joly, débouté, poursuit son combat face au parc éolien
Après l’audience du 16 novembre dernier, le tribunal judiciaire de Paris a rendu son verdict : Yann Joly, qui a vu son troupeau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde