Aller au contenu principal

Betteraves : un nouvel OAD de lutte contre les maladies foliaires

Pour accompagner les agriculteurs dans leur lutte contre la cercosporiose, l’oïdium, la rouille et la ramulariose, l’ITB propose une carte interactive des seuils d’interventions : Alerte maladies.

’OAD permet une meilleure surveillance des maladies, comme la cercosporiose, qui cause chaque année de gros dégâts sur les betteraves.
’OAD permet une meilleure surveillance des maladies, comme la cercosporiose, qui cause chaque année de gros dégâts sur les betteraves.
© ITB

 

 

Des petites taches rondes et grisâtres avec une bordure rougeâtre apparaissent sur les feuilles extérieures du bouquet foliaire de la betterave. Ces taches se multiplient, jusqu’au dessèchement complet des feuilles touchées, puis elles s’attaquent aux feuilles intérieures. Il s’agit de la cercosporiose, maladie foliaire de plus en plus présente en France, qui induit jusqu’à 30 % de perte de rendement, et une baisse de richesse de 1 à 2 points.
C’est pour lutter contre celle-ci, ainsi que contre les autres bêtes noires des planteurs, comme l’oïdium, la rouille et la ramulariose, tout aussi dévastatrices, que l’ITB (Institut technique de la betterave) a développé un nouvel OAD (outil d’aide à la décision), disponible sur son site Internet gratuitement depuis le 13 juin. Semblable à l’outil «Alerte pucerons», en place depuis plusieurs campagnes, «Alerte Maladies» est une carte interactive de l’état sanitaire des cultures, qui permet un suivi en direct du risque. «C’était le moment pour sortir cet outil, puisque nous sommes en pleine période de développement de la maladie. Chaque année, elle sera active de début juin jusqu’à la récolte», explique Hélène Dorchies, de l’ITB.
L’outil est mis à jour avec les observations hebdomadaires réalisées par la filière (ITB, services techniques des sucreries, chambres d’agriculture, groupes d’agriculteurs observateurs du réseau de suivi biologique du territoire). Concrètement, chaque site est résumé par un plan figuré qui synthétise le risque fongique global ainsi que le nombre de traitements réalisés. La situation, détaillée maladie par maladie, est disponible en cliquant sur les points. Les sites à risque, selon les seuils ITB, sont indiqués en rouge.

Maillage du territoire renforcé
Fin juin, une centaine de points figuraient sur la carte, mais le maillage du territoire doit être de plus en plus complet au fur et à mesure que le risque maladie augmente et que les observateurs se mettent en place. «Nous devrions atteindre les 250 points de surveillance à terme», précise François Joudelat, ingénieur à l’ITB.
Mais attention, même si cette carte est une aide pour les agriculteurs, «cela ne dispense pas d’aller voir son champ, pour vérifier le dépassement du seuil, avant de décider d’un traitement», soutien Hélène Dorchies. L’œil de l’agriculteur sera toujours le meilleur outil.

Retrouvez Alerte maladies gratuitement, disponible sur www.itbfr.org, dans la rubrique Outils.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde