Aller au contenu principal

Betteraves : un nouvel OAD de lutte contre les maladies foliaires

Pour accompagner les agriculteurs dans leur lutte contre la cercosporiose, l’oïdium, la rouille et la ramulariose, l’ITB propose une carte interactive des seuils d’interventions : Alerte maladies.

’OAD permet une meilleure surveillance des maladies, comme la cercosporiose, qui cause chaque année de gros dégâts sur les betteraves.
’OAD permet une meilleure surveillance des maladies, comme la cercosporiose, qui cause chaque année de gros dégâts sur les betteraves.
© ITB

 

 

Des petites taches rondes et grisâtres avec une bordure rougeâtre apparaissent sur les feuilles extérieures du bouquet foliaire de la betterave. Ces taches se multiplient, jusqu’au dessèchement complet des feuilles touchées, puis elles s’attaquent aux feuilles intérieures. Il s’agit de la cercosporiose, maladie foliaire de plus en plus présente en France, qui induit jusqu’à 30 % de perte de rendement, et une baisse de richesse de 1 à 2 points.
C’est pour lutter contre celle-ci, ainsi que contre les autres bêtes noires des planteurs, comme l’oïdium, la rouille et la ramulariose, tout aussi dévastatrices, que l’ITB (Institut technique de la betterave) a développé un nouvel OAD (outil d’aide à la décision), disponible sur son site Internet gratuitement depuis le 13 juin. Semblable à l’outil «Alerte pucerons», en place depuis plusieurs campagnes, «Alerte Maladies» est une carte interactive de l’état sanitaire des cultures, qui permet un suivi en direct du risque. «C’était le moment pour sortir cet outil, puisque nous sommes en pleine période de développement de la maladie. Chaque année, elle sera active de début juin jusqu’à la récolte», explique Hélène Dorchies, de l’ITB.
L’outil est mis à jour avec les observations hebdomadaires réalisées par la filière (ITB, services techniques des sucreries, chambres d’agriculture, groupes d’agriculteurs observateurs du réseau de suivi biologique du territoire). Concrètement, chaque site est résumé par un plan figuré qui synthétise le risque fongique global ainsi que le nombre de traitements réalisés. La situation, détaillée maladie par maladie, est disponible en cliquant sur les points. Les sites à risque, selon les seuils ITB, sont indiqués en rouge.

Maillage du territoire renforcé
Fin juin, une centaine de points figuraient sur la carte, mais le maillage du territoire doit être de plus en plus complet au fur et à mesure que le risque maladie augmente et que les observateurs se mettent en place. «Nous devrions atteindre les 250 points de surveillance à terme», précise François Joudelat, ingénieur à l’ITB.
Mais attention, même si cette carte est une aide pour les agriculteurs, «cela ne dispense pas d’aller voir son champ, pour vérifier le dépassement du seuil, avant de décider d’un traitement», soutien Hélène Dorchies. L’œil de l’agriculteur sera toujours le meilleur outil.

Retrouvez Alerte maladies gratuitement, disponible sur www.itbfr.org, dans la rubrique Outils.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde