Aller au contenu principal

Bien connaître chaque espèce fourragère : la fétuque élevée

La fétuque élevée, espèce fourragère, présente de nombreux atouts : appétente, riche, sociable…

La fétuque élevée est particulièrement appétente sous forme de foin.  
La fétuque élevée est particulièrement appétente sous forme de foin. 
© Gnis


L’Homme a observé et sélectionné dans la nature un certain nombre d’espèces fourragères qui lui ont paru intéressantes sous trois aspects distincts : la productivité, l’appétence et la valeur alimentaire. Une dizaine de graminées (poacées) et une dizaine de légumineuses (fabacées) ont été ainsi retenues. Pour toutes ces espèces, environ 700 variétés sont inscrites au Catalogue officiel français des variétés et, chaque année, une trentaine de variétés nouvelles sont inscrites.
Il est important de connaître les caractéristiques comportementales de chacune de ces espèces, et plus encore de ne pas les confondre comme fétuque des près ou fétuque élevée, ray-grass anglais, hybride ou d’Italie.
La fétuque élevée est une espèce très présente dans la nature. Son implantation est assez lente mais, une fois implantée, sa pérennité est de cinq à dix ans. Elle est très productive et présente une très bonne réponse à la fertilisation azotée : plus de 40 kg de matière sèche en plus par hectare par unité d’azote supplémentaire, alors que l’on se situe, en général, à 25 kg de matière sèche pour les autres espèces.
La plante est non seulement productive, mais la répartition de la production est bien répartie, de tôt au printemps jusque tard à l’automne. Ceci est dû au fait que la fétuque pousse à température assez basse (zéro de végétation : 6°) et qu’elle pousse également quand il fait très chaud, jusque 35°. Elle présente aussi une bonne aptitude à résister à la sécheresse, grâce, entre autres, à son système racinaire profond.

Nouvelles variétés appétentes
On évoque parfois le problème d’appétence de la fétuque élevée au pâturage. Effectivement, les animaux ont tendance à vite refuser les fétuques, dont les feuilles durcissent après dix-sept jours sans exploitation. Ce phénomène est surtout vrai chez les fétuques élevées «sauvages», puisque la sélection a permis de créer des variétés dont les feuilles sont de plus en plus tendres.
Ce critère variétal est nommé «flexibilité du feuillage» et a permis d’améliorer la quantité ingérée exprimée par une augmentation de la production laitière de 1,6 kg de lait par vache et par jour. L’impact positif s’exprime, bien sûr aussi, pour les vaches allaitantes et animaux d’élevage. Il est également conseillé, pour bien tirer parti de la fétuque élevée, d’observer un rythme rapide d’exploitation, c’est-à-dire revenir avant trois semaines sur la même parcelle.
Les atouts de la fétuque élevée s’expriment encore plus pour la constitution de stocks, foin, ensilage, enrubannage. Si la valeur alimentaire est assez moyenne, il est intéressant de savoir que, lorsque la plante est fauchée, la fétuque élevée perd très peu de sa valeur grâce à sa vitesse de séchage. Sa valeur en fourrage conservé est proche de ce que la plante valait sur pied, contrairement aux autres fourragères. Elle est même particulièrement appétente sous forme de foin.

Une abondante diversité variétale
Il existe plus de trente variétés au catalogue officiel, dont les critères variétaux sont : le départ végétation, la date d’épiaison (précocité), la souplesse d’exploitation, la productivité et sa répartition au cours de l’année, la résistance aux maladies, la flexibilité des feuilles, les valeurs UFL et PDI, la teneur en sucres solubles. Ces informations sont disponibles sur le site www.herbe-book.org
La fétuque élevée est donc une espèce à la fois rustique et résistante aux multiples contraintes (froid, chaleur, sécheresse et piétinement), très pérenne et adaptée à tous types de sols et très productive.
Elle est particulièrement adaptée pour produire des stocks fourragers. Au pâturage, elle est adaptée pour des animaux moyennement exigeants, en préférant des variétés à feuilles souples et en adoptant un pâturage tournant rapide.

Une espèce sociable
Elle peut être utilisée en espèce pure, en association avec une légumineuse, trèfle blanc géant pour le pâturage, ou trèfle violet ou luzerne pour la fauche, en ayant conscience que la légumineuse est moins pérenne. La fétuque élevée peut aussi venir en constitution d’un mélange.
Pour aider à la conception d’un mélange multi espèces, le Gnis a mis en ligne sur www.herbe-actifs.org ou par une application Smartphone «Prairies - le calculateur», des outils afin de permettre la bonne conception de mélange en fonction de la taille des graines des différents constituants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde