Aller au contenu principal

Bien dimensionner le silo pour bien le conserver

Et si le bon dimensionnement des silos était le meilleur conservateur du maïs fourrage ? On fait le point avec Arvalis- Institut du végétal.

Le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti- échauffement et minimise les pertes.
Le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti- échauffement et minimise les pertes.
© D. R.

Une teneur en matière sèche de 30 à 35 %, un tassage efficace limitant la porosité et un bon dimensionnement du silo permettant un avancement rapide du front d'attaque au désilage (minimum 10 cm/jour en hiver, 20 cm/jour en été) constituent le trio gagnant d'une bonne conservation du fourrage. Cette «chasse au gaspi» permet de contenir les pertes de fourrages au front d'attaque en dessous de 3 % de la matière sèche initiale. Au sein de chaque mètre cube d'un silo de maïs fourrage, on distingue trois compartiments : la matière sèche du maïs fourrage, l'eau du fourrage et l'air.
L'objectif de l'opération de tassage de l'ensilage est de chasser l'air et donc l'oxygène de la masse de fourrage. Autrement dit, le tassage réduit la porosité du silo. En effet, une forte porosité est néfaste à la bonne conservation par ensilage pour deux raisons :
o à la fermeture du silo, la présence d'oxygène retarde l'atteinte des conditions anaérobies nécessaires au développement des bactéries lactiques acidifiantes. Pendant ce temps, les micro-organismes indésirables occasionnent des pertes et se multiplient. Ils seront d'autant plus nombreux dès l'ouverture du silo...
o à l'ouverture du silo, une forte porosité permet à l'oxygène de pénétrer rapidement et en profondeur dans le fourrage, réveillant ainsi l'activité néfaste des levures et moisissures.

Tassage et teneur en matière sèche
La densité, exprimée en kg MS/m3 est souvent utilisée comme indicateur de risque d'échauffement au front d'attaque. La valeur pivot de 220 kg MS/m3 est couramment utilisée. En revanche, ce raisonnement occulte l'impact de la teneur en matière sèche du fourrage sur la porosité du silo. C'est pourtant bien la porosité qui régit la quantité d'oxygène et sa vitesse de pénétration dans la masse de fourrage lors de l'ouverture. Pour un fourrage dont la teneur en matière sèche est de 32 %, une densité de 220 kg MS/m3 correspond à une porosité inférieure à 40 %, ce qui est la recommandation pour éviter les échauffements sous réserve d'assurer une vitesse de désilage minimale de 10 cm/j en période froide et 20 cm/j en période chaude. Au-delà de 32 % MS, il importe d'obtenir une densité plus élevée. En cas de récolte à teneur en matière sèche élevée (> 36 %), il devient nécessaire d'obtenir des densités très élevées, supérieures à
250 kg MS/m3, difficilement atteignables en pratique. Pire, à 40 % MS lors de la récolte, la densité moyenne du silo devrait être de 290 kg MS/m3 en moyenne ce qui est quasiment impossible.

Redimensionner en cas de besoin
Bien que les conservateurs (acide propionique ou bactéries lactiques hétérofermentaires) permettent de retarder les échauffements dans ces situations, ils ne permettront pas de les éviter totalement, en particulier dans les couches superficielles du silo. Lorsque cela est possible, le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti-échauffement et minimise les pertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde