Aller au contenu principal

Bien dimensionner le silo pour bien le conserver

Et si le bon dimensionnement des silos était le meilleur conservateur du maïs fourrage ? On fait le point avec Arvalis- Institut du végétal.

Le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti- échauffement et minimise les pertes.
Le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti- échauffement et minimise les pertes.
© D. R.

Une teneur en matière sèche de 30 à 35 %, un tassage efficace limitant la porosité et un bon dimensionnement du silo permettant un avancement rapide du front d'attaque au désilage (minimum 10 cm/jour en hiver, 20 cm/jour en été) constituent le trio gagnant d'une bonne conservation du fourrage. Cette «chasse au gaspi» permet de contenir les pertes de fourrages au front d'attaque en dessous de 3 % de la matière sèche initiale. Au sein de chaque mètre cube d'un silo de maïs fourrage, on distingue trois compartiments : la matière sèche du maïs fourrage, l'eau du fourrage et l'air.
L'objectif de l'opération de tassage de l'ensilage est de chasser l'air et donc l'oxygène de la masse de fourrage. Autrement dit, le tassage réduit la porosité du silo. En effet, une forte porosité est néfaste à la bonne conservation par ensilage pour deux raisons :
o à la fermeture du silo, la présence d'oxygène retarde l'atteinte des conditions anaérobies nécessaires au développement des bactéries lactiques acidifiantes. Pendant ce temps, les micro-organismes indésirables occasionnent des pertes et se multiplient. Ils seront d'autant plus nombreux dès l'ouverture du silo...
o à l'ouverture du silo, une forte porosité permet à l'oxygène de pénétrer rapidement et en profondeur dans le fourrage, réveillant ainsi l'activité néfaste des levures et moisissures.

Tassage et teneur en matière sèche
La densité, exprimée en kg MS/m3 est souvent utilisée comme indicateur de risque d'échauffement au front d'attaque. La valeur pivot de 220 kg MS/m3 est couramment utilisée. En revanche, ce raisonnement occulte l'impact de la teneur en matière sèche du fourrage sur la porosité du silo. C'est pourtant bien la porosité qui régit la quantité d'oxygène et sa vitesse de pénétration dans la masse de fourrage lors de l'ouverture. Pour un fourrage dont la teneur en matière sèche est de 32 %, une densité de 220 kg MS/m3 correspond à une porosité inférieure à 40 %, ce qui est la recommandation pour éviter les échauffements sous réserve d'assurer une vitesse de désilage minimale de 10 cm/j en période froide et 20 cm/j en période chaude. Au-delà de 32 % MS, il importe d'obtenir une densité plus élevée. En cas de récolte à teneur en matière sèche élevée (> 36 %), il devient nécessaire d'obtenir des densités très élevées, supérieures à
250 kg MS/m3, difficilement atteignables en pratique. Pire, à 40 % MS lors de la récolte, la densité moyenne du silo devrait être de 290 kg MS/m3 en moyenne ce qui est quasiment impossible.

Redimensionner en cas de besoin
Bien que les conservateurs (acide propionique ou bactéries lactiques hétérofermentaires) permettent de retarder les échauffements dans ces situations, ils ne permettront pas de les éviter totalement, en particulier dans les couches superficielles du silo. Lorsque cela est possible, le redimensionnement du silo permettant d'obtenir des vitesses d'avancement élevé au front d'attaque constitue une réelle assurance anti-échauffement et minimise les pertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde