Aller au contenu principal

Poules pondeuses
Bien qu’à la mode, les poulaillers mobiles ont quelques inconvénients

En Allemagne, où le concept séduit de plus en plus d’éleveurs, la filière avicole nationale attire l’attention sur un nombre de facteurs à prendre en compte avant d’investir.

poulailler mobile
Le poulailler HüMo BASIS 225 du constructeur allemand Hühnermobil est complètement autosuffisant avec l’aliment, l’eau et l’électricité en permanence à bord. Mais tous ne sont pas équipés de la même manière.
© Huehnermobil

Outre-Rhin, 3 millions de poules pondeuses sont élevées dans des poulaillers mobiles. Les capacités de ces poulaillers mobiles vont de 300 à 3 000 animaux, mais le modèle 200/300 sur roues ou sur patins est le plus fréquent car il peut être déplacé par un tracteur.

Généralement, cette formule séduit beaucoup d’agriculteurs qui recherchent un revenu complémentaire. Mais il y a aussi beaucoup d’abandons. Les conseillers agricoles, les organisations avicoles et l’Institut de recherches von Thünen, considèrent en effet que le coût de ce genre d’investissements est très élevé, comparés aux élevages conventionnels ou bios. Ils sont de l’ordre de 35 000 à 40 000 €, soit deux fois plus que ceux des élevages conventionnels en liberté, un tiers de plus que ceux des élevages bio.

A cela s’ajoute une charge de main d’œuvre particulièrement élevée. Elle est estimée à 133 heures pour 100 places, neuf fois plus élevé que pour le bio. En élevage conventionnel en liberté, il n’est que de 15 heures. Pour l’élevage bio en mobile, le travail est même de 208 heures aux 100 places.

Les éleveurs qui s’y lancent doivent nettoyer souvent le mobile, changer les clôtures, approvisionner en permanence en eau et aliments, refaire les litières, ramasser les œufs, engrillager le site (1 200 m2 pour 300 poules pondeuses), etc. Et pourtant la mortalité animale est plus élevée que dans le bio. Quant à la production des élevages mobiles, elle est estimée 260 œufs par poule et par an, plus élevée qu’en bio, mais au niveau de l’élevage au sol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde