Aller au contenu principal

Bigard redéfinit sa stratégie sur le site d’Ailly-sur-Somme

Mardi 22 septembre, le groupe Bigard a réuni un comité central d’entreprise, à Quimperlé, pour définir le devenir du site d’Ailly-sur-Somme. Ce qui a été décidé.

Le syndicat CGT avait organisé un piquet de grève sur le site d’Ailly-sur-Somme, juste avant la réunion du Comité central d’entreprise, qui se tenait à Quimperlé.
Le syndicat CGT avait organisé un piquet de grève sur le site d’Ailly-sur-Somme, juste avant la réunion du Comité central d’entreprise, qui se tenait à Quimperlé.
© AAP

Le site était-il menacé de fermeture ? Telle était la question que tous les salariés de Bigard, à Ailly-sur-Somme, se posaient avec angoisse. D’autant que l’ordre du jour du comité central d’entreprise (CCE) de mardi dernier, à savoir le point sur l’activité, le transfert d’activité de l’atelier viande hachée surgelée et la réorganisation industrielle du site soulevaient beaucoup d’interrogations.
«Comme nous l’avions déjà dit, la fermeture du site n’était pas au programme. Seul l’atelier viande ha­chée sera arrêté, courant mi-novembre», précise Xavier Lemaître, responsable du site, dans une logique de spécialisation des outils de production. Mais, pas seulement. Depuis plusieurs années, le groupe pointait du doigt la vulnérabilité du site, tant sur le plan des normes de sécurité par rapport à la chaîne du froid négatif que sur sa compétitivité.
«Comment peut-il en être autrement, s’insurge Stéphane Dormeval, responsable CGT, quand le groupe n’a quasiment rien investi sur le site et quand il a réparti la clientèle que nous avions sur d’autres sites ? Comme on n’a plus de clients et qu’aucun investissement n’est fait, on ne peut plus sauver les murs.» Et ce dernier de soulever un autre aspect de la vulnérabilité du site pointé lors du CCE : le fort taux d’absentéisme lié à des arrêts maladies répétés. «Comment voulez-vous qu’il en soit autrement avec des salariés qui sont sous pression depuis des années parce qu’ils ne savent pas ce qu’il adviendra du site ?»

Transfert d’activité et du personnel
Conséquence : avec la fermeture de l’atelier de viande hachée surgelée, le site va réorganiser son activité autour de son cœur de métier, à savoir le désossage et le parage, en développant un service de prestations pour les autres sites du groupe et quelques clients. «Nous faisions déjà cela auparavant, mais dans une moindre mesure, explique Bruno Lejeune, responsable FO. Désormais, ce sera notre orientation définitive.»
L’activité viande hachée surgelée, quant à elle, sera transférée sur les sites de Bigard, à Cuizeaux, Qimperlé et Villefranche. Quant au personnel de l’atelier, soit une quinzaine, dixit la direction, et une trentaine avec le personnel annexe, dixit les syndicats, il lui est proposé d’aller désormais travailler sur le site de Flixecourt. «La majorité a déjà accepté cette option, précise Xavier Lemaître. Nous sommes en cours de négociation avec chacune des personnes concernées.»
Pour ceux qui ne voudraient pas de ce transfert, «nous avons des solutions en interne ou sur d’autres sites», ajoute-t-il. Concrètement, en termes de mobilité régionale, outre Flixecourt, où il y aurait
30 postes, d’autres postes seraient disponibles à Saint-Pol-sur-Ternoise (10), Formerie (10) et Feignies (10). En termes de mobilité nationale, «il y aurait des possibilités sur des sites ayant une activité de viande hachée», précise aussi Stéphane Dormeval.
Toutes ces informations ont été répétées et confirmées, le lendemain, lors du comité d’entreprise extraordinaire, qui s’est tenu à Ailly-sur-Somme, dans l’après-midi. «Notre rôle, à présent, c’est de sauver le plus grand nombre d’emplois, car le bateau prend l’eau et l’épée de Damoclès est toujours suspendue au-dessus de notre tête», commente Stéphane Dormeval. Pour Bruno Lejeune, «la balle est désormais dans notre camp, notamment par rapport au taux d’absentéisme, qui est en effet important. Mais, en même temps, cela peut se comprendre, car l’effectif est vieillissant, et ce sont des métiers à fort taux de maladies professionnelles. Quoi qu’il en soit, si on veut qu’Ailly-sur-Somme continue, il faut adhérer à la nouvelle stratégie.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde