Aller au contenu principal

Biocontrôle : comment assurer le déploiement ?

A l’occasion de son colloque annuel, l’association IBMA France, qui regroupe les entreprises du biocontrôle, a fait le point sur les principaux freins au déploiement des produits de biocontrôle.

Sur près de six cents agriculteurs français, 41 % des exploitants en agriculture conventionnelle utilisent des produits de biocontrôle, tout comme 50 % des agriculteurs bio.
Sur près de six cents agriculteurs français, 41 % des exploitants en agriculture conventionnelle utilisent des produits de biocontrôle, tout comme 50 % des agriculteurs bio.
© © J.-C. Gutner



«Notre ambition, c’est d’atteindre 15 % sur le marché de la protection des plantes, car c’est à partir de ce seuil que la part de marché devient irréversible», rappelle Antoine Meyer, président d’IBMA France, à l’occasion du colloque annuel organisé par l’association le 29 janvier dernier. Aujourd’hui, le biocontrôle ne représente que 5 % du marché de la protection des plantes, alors que la demande sociétale pousse de plus en plus à la réduction des pesticides chimiques de synthèse. Comme le confirme Bertrand Swiderski, directeur RSE du Groupe Carrefour, «le client a changé, il veut plus de durable, protéger l’environnement, il veut décider lui-même, et nous devons traduire cette transition en transition des produits».
De l’autre côté de la chaîne alimentaire, en amont, les agriculteurs évoluent dans leurs pratiques. D’après les résultats de l’étude menée au second semestre 2018 par AgroParisTech pour le compte d’IBMA, sur près de six cents agriculteurs français, 41 % des exploitants en agriculture conventionnelle utilisent des produits de biocontrôle, tout comme 50 % des agriculteurs bio. La proportion varie en fonction des filières, allant de 22 % en polyculture, 34 % en grandes cultures, 65 % en arboriculture, et jusqu’à 84 % en maraîchage. Les produits de biocontrôle bénéficient, par ailleurs, d’une bonne image auprès des agriculteurs, et 93 % de ceux qui en utilisent ont l’intention de continuer à en utiliser à l’avenir.

Efficacité et accompagnement
Cependant, les agriculteurs attendent des améliorations au niveau des produits de biocontrôle et évoquent le coût trop élevé des produits, leur manque d’efficacité et, pour 70 % des agriculteurs interrogés, le manque d’accompagnement. Un besoin renforcé par le changement de paradigme, comme l’explique un producteur de carottes dans les Landes : «Avec le biocontrôle, il faut faire du préventif, le curatif ne fonctionne pas.»
Or, pendant longtemps, «la commande passée à l’agriculture française a été de produire beaucoup et pour pas cher, ce qui reposait sur l’énergie à bas coût, et sur la chimie, rappelle Christian Pèes, vice-président de Coop de France. Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une simple substitution, il faut tester, changer les itinéraires techniques… En agriculture, le pas de temps de l’innovation est de dix ans».
Il le reconnaît, les coopératives ont peut-être été un peu en retard sur le sujet, parce que «c’est la culture d’entreprise que l’on doit changer au sein de nos équipes». Pour autant, l’accompagnement reste, selon lui, la priorité des coopératives. Et si les conseillers n’orientent pas toujours vers les solutions de biocontrôle, c’est aussi parce qu’elles ne sont pas toutes stabilisées et ne peuvent pas garantir l’efficacité au producteur agricole qui a besoin d’assurer son revenu, d’autant que l’agriculteur qui utilise des produits de biocontrôle n’est pas forcément rémunéré plus cher pour sa production.
Le besoin de développer des solutions de biocontrôle est donc crucial, pour couvrir tous les usages, et pour renforcer la formation car, explique Antoine Meyer, «chaque fois qu’un produit est autorisé, l’entreprise qui le met sur le marché accompagne le déploiement sur le terrain».
Le président d’IBMA souhaite une majoration du taux de crédit d’impôt recherche pour les produits de biocontrôle (majoration que l’Assemblée nationale a rejeté lors du vote du PLF 2019), mais qui permettrait d’investir près de cent millions d’euros, au lieu de dix-sept millions d’euros aujourd’hui. Une différence très importante pour ce marché, qui ne représente que cent quarante millions d’euros, et qui, au regard de sa petite taille, n’attire pas beaucoup les entreprises.
L’importance de mettre en marché de nouvelles solutions est confirmée par Roger Genet, directeur général de l’Anses. «Faute d’avoir répondu à la question du bon usage, on va de plus en plus vers des interdictions, sans développement suffisant des alternatives. C’est un vrai problème de société», dit-il. Pour soutenir davantage le secteur, une stratégie nationale Biocontrôle doit être finalisée, dans les mois qui viennent, par le ministère de l’Agriculture, a confirmé Patrick Dehaumont, directeur général de l’alimentation au ministère de l’Agriculture. Elle comprendra quatre axes : encouragement à l’innovation, simplification des procédures, déploiement et accompagnement des agriculteurs, promotion au niveau européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde