Aller au contenu principal

Biométhane : les ambitions et défis de la région Hauts-de-France

La Région Hauts-de-France affiche de grandes ambitions pour le développement de la méthanisation au sein de son territoire et, plus précisément, pour le process de biométhane injecté.

Philippe Vasseur rappelle à l’envi vouloir faire de la Région Hauts-de-France un territoire pilote dans le développement de la méthanisation.
Philippe Vasseur rappelle à l’envi vouloir faire de la Région Hauts-de-France un territoire pilote dans le développement de la méthanisation.
© Mission Rev3



Ex-ministre de l’Agriculture et président de la mission Rev3 (3e révolution industrielle), Philippe Vasseur l’a rappelé à plusieurs reprises lors de l’événement Métha’morphose organisé à Amiens le 4 décembre dernier : «Nous devons garder la pôle position nationale et être le premier territoire européen.» Pour la Région Hauts-de-France, l’objectif affiché est de voir quelque 800 unités de méthanisation à biométhane injecté sortir de terre d’ici 2050. Lors de ce même événement, différents ateliers et sessions de réflexion avec des acteurs de la filière ont ainsi permis de rappeler les démarches à suivre pour mener à bien les projets.

Une vision à 360° nécessaire
Directeur du développement Gaz vert chez GRDF, Bruno Waterlot a notamment distillé ses quelques conseils à de futurs porteurs de projet : «Quand on a un projet de méthanisation, il faut avoir une vision à 360°», a-t-il souligné. Autrement dit, «il ne faut pas ne pas s’intéresser qu’à une seule facette du projet. Les aspects techniques sont essentiels».
La faisabilité et la cohérence d’un projet biométhane repose d’abord sur un trépied concernant son futur fonctionnement : provenance, qualité et continuité des gisements d’intrants ; implantation de l’unité de production dont dépend la valorisation de l’énergie produite, avec le sujet du raccordement au réseau ; et, enfin, valorisation des digestats. Mais ne se focaliser que sur ces éléments serait une erreur. Il faut aussi penser au respect des démarches réglementaires avec, par exemple, le dossier ICPE, le montage financier ou, encore, la communication auprès des riverains, des élus… Toutes les facettes d’un projet doivent se faire simultanément afin d’éviter tout grain de sable dans les démarches, d’où la nécessité d’avoir une vision globale et transversale.

L’acceptabilité du projet, un point incontournable
Pour qu’un projet d’unité de méthanisation voit le jour, on considère qu’il faut compter entre trois et quatre ans de démarches et de travaux -  plus, évidemment, pour les gros projets - pour concrétiser un projet. L’une des pierres angulaires de la réussite, c’est l’acceptabilité du projet par les riverains. Pour contrecarrer l’opposition, bien communiquer en amont est donc essentiel. Depuis octobre 2018, une charte baptisée «Concertation et dialogue autour des projets de méthanisation en Hauts-de-France» a été mise en place. Son but ? Être proposée par les porteurs de projet et leurs interlocuteurs dans les territoires. Une finalité : un dialogue apaisé et constructif, gage de réussite.

Quelle contribution de l’agriculture ?
Dans la région Hauts-de-France, la méthanisation s’inscrit dans l’enjeu du déploiement des énergies renouvelables, et de l’économie circulaire ; et l’agriculture peut y contribuer en apportant également une valeur ajoutée aux exploitations. Président de la FRSEA Hauts-de-France et membre de la Chambre régionale d’agriculture, Laurent Degenne a rappelé lors d’une table ronde que l’agriculture «a un rôle important à jouer dans le développement de la méthanisation», bien qu’il s’agisse encore d’une filière «immature». Pour cela, il faudra mobiliser d’importants besoins d’innovation afin de «rendre le système encore plus efficient», a-t’il. Enfin, pour le monde agricole, ce développement doit s’envisager sans concurrence avec les filières alimentaires ou l’élevage. «La méthanisation peut être une activité de diversification pour un certain nombre d’exploitations agricoles, mais cela doit se faire avec des règles, a défendu le président de la FRSEA Hauts-de-France. Profession agricole et élus régionaux y veillent.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde