Aller au contenu principal

Blé tendre : "une bonne année commerciale"

Le président du conseil spécialisé céréales de FranceAgriMer a tiré le 9 janvier un bilan positif de la première partie campagne 2018-19. «C’est plutôt une bonne année» pour le blé tendre sur le plan commercial, a estimé Rémi Haquin. La récolte 2018, «pas énorme» mais répondant aux besoins qualitatifs, est vendue «plutôt au-dessus des coûts de production», selon lui. FranceAgriMer observe des cours mondiaux en moyenne à 240 dollars la tonne de blé au départ des pays d’exportation. «Les prix sont plus élevés que l’an dernier, a souligné Rémi Haquin. Mais sur des échéances éloignées, ils n’augmentent pas tellement. Ce n’est pas une année à faire de la rétention.» D’après lui, le marché va «s’alimenter», ne laissant «pas grand-chose» en stock fin 2018-19. La campagne du blé tendre est tirée par l’export vers les pays tiers, chiffré à 8,7 Mt (contre 8,8 Mt en décembre). Une forte dépendance apparaît vis-à-vis du marché algérien, destination qui pèse 3,558 Mt au 7 janvier soit 77 % des embarquements cumulés. «Il existe un très fort courant avec l’Algérie: c’est vrai que ça interpelle la filière depuis des années», a reconnu Rémi Haquin. Le blé russe, dominateur sur le marché mondial, ne «s’aventure pas trop» sur ce débouché, faute d’une qualité adéquate. «Le jour où la logistique et le mode de culture des Russes leur permettront de maîtriser un problème de grains punaisés, ils reviendront à la charge», selon lui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde