Aller au contenu principal

Blés : du stade «2 nœuds» au stade «Gonflement»

La commission Blé 80 s’est réunie le 16 mai dernier à Amiens. Les techniciens ont dressé un état des lieux des parcelles de céréales.

© AAP

Dans le département les blés vont du stade «2 nœuds» pour les secteurs plus tardifs au stade «Gonflement». Les derniers semis (janvier-février) sont à «1 nœud».

Septoriose et rouilles
En ce qui concerne les semis précoces, le niveau d’inoculum de septoriose était important à la sortie de l’hiver résultant d’un automne et un début d’hiver doux et pluvieux. Les pluies depuis début mai ont été favorables à la contamination en septoriose et cela continue. Les températures fraîches ralentissent néanmoins la sortie des tâches. Les semis tardifs (novembre-décembre) sont moins touchés par la maladie.
Cette année, d’après les modèles, le risque rouille jaune est important et identique à l’an passé. Il est plus élevé au niveau de la bordure maritime. Des foyers ou apparition de pustules de rouilles jaunes ont été constatés sur le département sur des parcelles «sans traitement fongicide» sur Alixan, Allez-Y, Altigo, Expert, Laurier, Selekt, Trapez, …
Le climat actuel est moins propice à la rouille brune qui a besoin de températures plus élevées pour son développement contrairement à la rouille jaune.
L’oïdium évolue peu : il est constaté esssentiellement en terres séchantes sur les semis tardifs et il reste observé sur les tiges et les feuilles basses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde