Aller au contenu principal

Alimentation
Bleu-Blanc-Cœur poursuit son essor

La démarche de « santé globale » séduit un nombre croissant de partenaires agricoles et alimentaires. L’association, qui fête ses 22 années d’existence, est désormais durablement implantée dans le paysage agroalimentaire français.

Bleu Blanc Coeur
© Bleu Blanc Coeur

L’assemblée générale de l’association Bleu-Blanc-Cœur, qui s’est récemment tenue à Rungis, a confirmé l’engouement d’une partie du monde agricole et alimentaire pour cette démarche « globale » de progrès qui vise à améliorer la qualité nutritionnelle et environnementale des produits de l’agriculture.

La démarche créée en 2000 à l’initiative d’un éleveur laitier Jean-Pierre Pasquet et de l’ingénieur agronome Pierre Weill a notamment beaucoup œuvré à la réintroduction de cultures d’intérêts nutritionnels en France (herbes, légumineuses, oléagineux, en particulier lin et luzerne) permettant, selon ses promoteurs, l’allongement des rotations, la captation du carbone par les sols, l’amélioration de la vie dans le sol, la réduction des intrants chimiques, etc.

Placée sous le signe du « Bien Manger », l’assemblée générale a accueilli cette année près de 300 participants éleveurs, transformateurs et distributeurs, qui ont profité de cette journée pour aller à la rencontre des grossistes du Marché de Rungis dont ils sont les fournisseurs. La croissance des redevances prélevées par l’association pour promouvoir la démarche et son logo témoignent du développement de l’activité dans les différentes filières. Elles se sont élevées à plus de 3M€ l’année dernière, pour un chiffre d’affaires de l’ensemble de la gamme des produits estimé à environ 2 Mds€. La gamme de produits existante (viande de porc, bovine, volaille, charcuteries, œufs, produits laitiers, pain…) s’étoffe régulièrement (produits de la mer, légumes, miel, produits élaborés, etc.) et compte désormais plus de 2500 références.

Une association devenue « mouvement citoyen »

« En 22 ans d’existence, l’association est parvenue à convaincre 910 adhérents acteurs de la filière alimentaire et environ 7000 éleveurs », s’est félicité Jean-Pierre Pasquet, président cofondateur de cette association, qui s’est transformée en « mouvement citoyen du bien manger » avec une communauté de 24 000 membres consommateurs, professionnels de santé, chefs et professionnels des métiers de bouche.

Cette mobilisation et les efforts entrepris en matière de communication ont permis à Bleu-Blanc-Cœur de se faire toujours mieux connaitre. Le logo est désormais identifié par 64 % des Français, selon l’enquête Kantar/CSA, avec la plus forte progression depuis cinq ans des différentes démarches de qualité et d’origine.

Mais au-delà des chiffres « commerciaux », ce sont les progrès réalisés en matière de durabilité et de santé que l’association met en avant. L’association parrainée par le chef Thierry Marx a permis d’économiser sur une année 130 600 tonnes de CO2 non émis par ses engagements filières, et a permis de couvrir les apports en Oméga 3 de 4 millions de Français, assure l’association.

Thierry Marx
L'association est parrainée par le chef Thierry Marx.
© Bleu Blanc Coeur

« Bleu-Blanc-Cœur a depuis 20 ans inscrit dans ses engagements la promesse d’une seule santé », résume Nathalie Kerhoas, la directrice de l’association. « Celle-ci se mesure et lie la santé de la terre, des animaux et des hommes ». La démarche est basée sur des référentiels techniques, des indicateurs de mesure, une traçabilité garantie par des organismes tiers et des contrôles réguliers des produits.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde