Aller au contenu principal

Blocages de sites pétroliers: blocages et discussions en cours

Dans la Somme, à Abbeville, la FDSEA a également mené des actions de blocage.
Dans la Somme, à Abbeville, la FDSEA a également mené des actions de blocage.
© D. R.

Les agriculteurs de la FNSEA et des JA qui manifestaient à l'entrée de la bioraffinerie de La Mède, l'un des symboles de la mobilisation nationale, ont levé le blocage vers midi le 11 juin, a indiqué Jean-Paul Comte, président de la FRSEA Paca. Les agriculteurs bloquaient l'entrée de l'usine depuis la veille au soir. Mais trois nouveaux sites pétroliers sont bloqués depuis le 11 juin au soir, « et il en sera ainsi tant que l’on n’aura pas de réponse du gouvernement », a indiqué Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. Il s’agit des sites de Portes-Lès-Valence (Drôme), Saint-Priest (Rhône) et Reichstett (bas Rhin). Les agriculteurs du Sud de la France qui ont bloqué le site de La Mède « ont derrière eux non seulement la fatigue de la nuit de blocage, mais aussi des aléas climatiques de l’excès d’eau à gérer sur leurs exploitations », a commenté Jérôme Despey.

Discussions entre le gouvernement et la FNSEA

Le ministère de l’Agriculture a indiqué le 11 juin que le ministre et les dirigeants de la FNSEA se sont rencontrés dans l’après-midi pour faire le point sur les sujets liés aux distorsions sociales et environnementales. Les sujets ont porté sur les coûts du travail, les normes et les accords internationaux. La réponse du gouvernement s’étalera du 12 au 13 juin. « Au-delà de la question de l’huile de palme, ce sont toutes ces distorsions sur les coûts du travail qui sont incompréhensibles, au moment même où le gouvernement laisse entrer des produits à des conditions qui ne correspondent pas à celles exigées des producteurs français », a souligné Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. Les syndicalistes sur le terrain et les élus ont été froissés par une déclaration de Stéphane Travert, qui a déclaré le 11 au matin que « ces blocages sont illégaux ». « Cela fait deux semaines que nous avons annoncé dans le détail notre programme d’action », s’est exclamée la FRSEA d’Ile-de-France.

La Coordination rurale manifeste devant le siège d’Avril

La Coordination rurale manifeste depuis le 11 juin 11h30 devant le siège d’Avril, à Paris, pour dénoncer ses importations d’huile de palme, affichant ainsi son soutien aux blocages de raffineries par des militants de la FNSEA et des JA. « Le groupe Avril, par ailleurs leader mondial pour la production de semences de palmiers à huile, importe lui aussi massivement de l’huile de palme pour fabriquer du biodiesel : près de 200 000 tonnes/an » (quelque 127 000 t selon les chiffres de l’industriel), affirme le syndicat dans un communiqué. « Mais la CR déplore qu’encore une fois les liens étroits entretenus entre la FNSEA et certains industriels ne viennent fausser le débat et servir des intérêts particuliers. »

Pour la Conf', la FNSEA défend le groupe Avril

Réagissant aux blocages de sites pétroliers, la Confédération paysanne estime, dans un communiqué le 11 juin, que la FNSEA «mobilise ses troupes pour défendre les intérêts du groupe Avril, concurrencé par le pétrolier Total, pour capter le marché des agrocarburants». Pour la Conf', la FNSEA opère un «double discours». Elle estime que «dans les cabinets ministériels (...) régulièrement la FNSEA demande toujours plus de dérégulation, de libéralisme et toujours plus d’accès au marché». Le syndicat dénonce «l’instrumentalisation de cette question au profit des intérêts très particuliers de l’agro-industrie». Elle concède toutefois que «les importations d’huile de palme, dont la production est une catastrophe en termes de déforestation et d’impacts sur les paysans du sud, doivent être dénoncées». Pour autant, elle estime que «transformer de l'huile de colza en agrocarburant est aussi une impasse pour les paysans, dont le bilan environnemental s’avère calamiteux». Pour la Conf', «la filière des agrocarburants étant au bout de son incohérence en matières technique, économique et environnementale».

«Des convergences d'intérêts» à construire, commente la Fnaf-CGT

La fédération agricole et agroalimentaire de la CGT affirme, dans un communiqué le 11 juin, que «des convergences d'intérêts entre des catégories socioprofessionnelles, victimes des mêmes stratégies capitalistes, sont possibles à construire». La CGT estime que les blocages menés par les agriculteurs «posent des questions fondamentales» (production d'agrocarburants, faim dans le monde, développement des palmeraies, des cultures OGM, déforestation, souveraineté alimentaire...) Pour la CGT, «l'immense majorité des agriculteurs, les travailleurs, la population ont la capacité d'imposer des solutions immédiates notamment le développement de filières nationales de productions agricoles et alimentaire et de construire ensemble d'autres politiques qui permettent de sortir notre pays de l'ornière creusée par des années de stratégies de soumission et d'abandons».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde