Aller au contenu principal

Bonduelle et ses producteurs trouvent un accord

Le transformateur de légumes Bonduelle a annoncé le 16 décembre une revalorisation des prix d’achat aux producteurs de légumes verts des Hauts-de-France.

Le geste consenti par Bonduelle aux producteurs d’Oplinor et d’OPL Vert s’inscrit dans une démarche de revalorisation progressive des prix engagée au début de l’année 2020.
Le geste consenti par Bonduelle aux producteurs d’Oplinor et d’OPL Vert s’inscrit dans une démarche de revalorisation progressive des prix engagée au début de l’année 2020.
© A. P.

«Sans rémunération, il deviendra difficile de trouver des hectares pour faire pousser des légumes…». Cette phrase, prononcée le 16 décembre dernier, n’est pas celle d’un des responsables des deux organisations de producteurs de légumes des Hauts-de-France (OPL Vert et Oplinord) livrant les usines Bonduelle, mais elle est signée Jean-Christophe Sibileau, directeur général Bonduelle Europe Long Life. Ce dernier réagissait à l’accord qui a été trouvé un peu plus tôt portant sur une revalorisation des prix pour les récoltes 2021. Pour les producteurs des Hauts-de-France, il y aura donc bien une meilleure rémunération à la clé, et ce, dès la prochaine campagne, comme le demandaient les organisations OPL Vert et Oplinord, fin novembre (L’Action agricole picarde du 27/11). Président de l’OPL Vert, Éric Legras expliquait à cette époque dans les colonnes de la presse agricole des Hauts-de-France que la campagne passée a été «très difficile» pour des producteurs ayant dû «mettre plus de moyens pour obtenir au final une récolte décevante». Il soulignait, dans le même temps, que le recours à l’irrigation, aux techniques culturales alternatives et l’impact des aléas climatiques sur les rendements «rendent la culture de légumes de plus en plus difficile, et de moins en moins rentable».

Des défis multiples
Dans son communiqué du 16 décembre, le leader mondial du légume transformé justifie ce geste par une volonté de compenser des aléas climatiques qui ont pesé sur la récolte 2020, mais pas seu-lement. Pour les producteurs, cet espoir d’une meilleure rémunération coïncide, en effet, avec plus d’exigences en matière de transition agroécologique. Il rappelle également que le geste consenti s’inscrit dans une démarche de revalorisation progressive engagée au début de l’année 2020. Ce premier accord d’il y a quelques mois prévoyait, en effet, «une augmentation du revenu à l’hectare» des agriculteurs et devait leur permettre «d’accélérer la transition agroécologie avec pour objectif la certification HVE». Un peu plus loin dans sa communication, Bonduelle explique être en train de travailler également à un accord de revalorisation des prix de contrats pour d’autres légumes verts produits dans le sud-ouest de la France. Avec 18 000 hectares en production, OPL Vert et Oplinord représentent, quant à elles, 25 % des surfaces contractualisées en France par Bonduelle.

Un appel à la grande distribution
Si industriel et producteurs s’accordent sur le besoin d’une revalorisation, reste désormais à convaincre un autre maillon de la chaîne – et ce n’est pas le moindre –, de cette nécessité : la grande distribution. Fin novembre, OPL Vert et Oplinor assuraient ainsi que «la valeur des produits finis est insuffisante», appelant «les acteurs de la grande distribution à se rallier aux efforts nécessaires pour soutenir une filière essentielle à la souveraineté alimentaire française (…) Nous avons impérativement besoin du soutien de tous les acteurs de la filière, industriels et distributeurs pour revaloriser le revenu agricole. Sans un soutien significatif, la filière légumes sera amenée à disparaître petit à petit». Il y a quelques jours, c’est Bonduelle qui enfonçait le clou en appelant «l’ensemble des partenaires de la grande distribution à poursuivre leur soutien (…) qui permettra de maintenir une filière de légumes de qualité et accessibles à tous en France». Cette demande partagée entre industriel et producteurs intervient au moment même où la FNSEA veut «mettre en garde les acteurs de la chaîne alimentaire» sur une guerre des prix qui semble faire son retour depuis quelques semaines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde