Aller au contenu principal

Bonduelle recrute à tous les niveaux

Dans le cadre de la semaine nationale de l’emploi agro-alimentaire, le géant du légume transformé a confirmé lors d’un webinaire Proch’orientation organisé par la Région Hauts-de-France et Agrosphères qu’il est un acteur majeur de l’emploi régional. 

Présent dans une centaine de pays avec pas moins de 11 usines,  Bonduelle emploie 14 700 collaborateurs, dont 4 200 en France et 2 000 rien  que dans les Hauts-de-France.
Présent dans une centaine de pays avec pas moins de 11 usines, Bonduelle emploie 14 700 collaborateurs, dont 4 200 en France et 2 000 rien que dans les Hauts-de-France.
© Alix Penichou

L’entreprise Bonduelle qui recrute, ce n’est pas des salades. Son PDG, Christophe Bonduelle et son directeur des ressources humaines, Laurent Plumecocq ont confirmé lors d’un webinaire Proch’Orientation le 16 novembre que le groupe spécialisé dans la transformation de légumes est en capacité de proposer un emploi à un certain nombre de personnes, à peu près partout où il est implanté. Présent dans une centaine de pays avec pas moins de 11 usines, Bonduelle emploie 14 700 collaborateurs, dont 4 200 en France et 2 000 rien que dans les Hauts-de-France. Les métiers y sont divers et variés : «Nous avons en effet une grande diversité de métiers, assure Laurent Plumecocq, de la production agricole à la transformation, en passant par le marketing, la logistique…»

 

Du CAP à l’ingénieur

Les profils recherchés sont de fait aussi divers : «Du CAP à l’ingénieur, en passant par le technicien ou le master, témoigne le DRH du groupe. Il nous arrive aussi de recruter des personnes éloignées de l’emploi selon une méthode spécifique qui tient compte des aptitudes plutôt que de la qualification.» Les 87 formations dans le secteur agroalimentaire proposées dans la région par différents établissements sont un «vivier», mais pas seulement : «On n’a pas forcément besoin d’une formation spécifique pour travailler dans une entreprise agroalimentaire», note Christophe Bonduelle.

Les compétences les plus recherchées portent toutefois sur la technique et la maintenance. Chaque année, Bonduelle recrute en moyenne 250 salariés, «dont la moitié ont moins de trente ans», et des saisonniers. En parallèle, l’entreprise propose des parcours en alternance. Le handicap ? Pas un problème non plus pour l’industriel qui «recrute des personnes porteuses d’un handicap avec une attention particulière pour que ces personnes sont installées durablement dans leur emploi». 

 

90 000 heures de formation par an 

La formation des salariés est l’un des autres points forts de Bonduelle : «Chaque année, nous consacrons 90 000 heures de formation, ce qui représente un budget de 3 millions d’euros par an», avance M. Plumecocq. En termes d’avenir, Christophe Bonduelle est confiant : «Chez Bonduelle, notre particularité est de ne faire que du végétal parce que nous sommes convaincus que cela est bon pour la santé des gens et de la planète». Travailler au sein d’un groupe comme celui-là est «enthousiasmant», poursuit le dirigeant de l’entreprise, «parce que nous sommes là pour nourrir les gens».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde