Aller au contenu principal

Biodiversité
Bords de champs : méfiez-vous des idées reçues

Avec 2 000 insectes/m², les bordures de champs sont partout et offrent une palette de services sous-estimés et parfois méconnus. Avec la Chambre d’agriculture de la Somme, faisons toute la lumière sur les services rendus par les bords de champs aux agriculteurs.

Bien gérés, les bords de champ peuvent rendre des services.
© M. M.

Tous les agriculteurs sont concernés par les bords de champs. Se trouvant entre une terre agricole travaillée et un autre milieu, ils ressemblent à des bordures herbacées, des bandes enherbées, ou encore des fossés et talus.

Les bords de champs hébergent les ravageurs

Faux. De nombreuses espèces de la faune et flore locale dont les pollinisateurs et les auxiliaires trouvent refuge dans les bordures de champs. On compte 2 000 insectes/m2 et seulement 16 % d’entre eux sont des ravageurs. Les comptages indiquent un auxiliaire pour un ravageur. Un arthropode sur sept est un auxiliaire ; leur potentiel de prédation varie de un à cent pucerons/jour. Au total, le potentiel de régulation d’un bord de champ peut avoisiner les deux milles pucerons consommés/m2/jour grâce à ses auxiliaires. Les chaleurs et la sécheresse de juillet 2022 ont causé la disparition de plus de la moitié des arthropodes.

Broyer les bords de champs a une incidence sur la biodiversité

Vrai. Suite à un broyage, la quantité d’insectes et d’auxiliaires est divisée par quatre en moyenne. Le potentiel de régulation du bord de champs est en moyenne divisé par huit. Broyer intensivement favorise le développement des adventices. À noter aussi qu’il y a plus d’insectes dans une bande fleurie que dans un bord de champs. Et c’est d’autant plus vrai pour les insectes pollinisateurs.

Les bords de champs, des zones de refuge et d’alimentation ?

Vrai. Aymeric de Wazières, exploitation grandes cultures à Beauval en témoigne : «En 2017, j’ai fait le choix de diviser de grands îlots en parcelles de six ha et de planter cinq km de haies pour bien découper les nouvelles parcelles. Je sème une bande de trois mètres de tournesol et maïs entre chaque parcelle au mois de mai. C’est un abri pour le petit gibier, en particulier les perdreaux». 75 % des nids de perdrix sont localisés à moins de vingt mètres des bordures extérieures de champs. En effet, les bordures de champs sont un refuge en toute saison ; en période de travaux agricoles l’été, pour la nidification du printemps et l’hivernage. Les auxiliaires de cultures tels que carabes, araignées, coccinelles, chrysopes, passereaux, alouettes et faisans les affectionnent en hiver. En plus du gîte, il y a le couvert. Les bordures de champs fournissent 20 % de la ressource alimentaire de la faune sauvage ; entre feuilles, graines, insectes et lombriciens, le menu est varié.

Les bords de champs,remparts naturels contre les inondations ?

Vrai. Les bords de champs reviennent au cœur des discussions au lendemain des épisodes dramatiques de coulées de boues et d’inondations des parcelles. La végétation qui les compose forme une barrière naturelle qui retient l’eau et les sédiments. La bonne structuration de ce couvert freine le ruissellement et favorise sédimentation et infiltration. Ce rôle est d’autant plus efficace si le bord de champs est composé de graminées. En effet, le chevelu racinaire des graminées crée une forte perméabilité, sans grosses fissures et accroît la résistance du sol à l’arrachement. L’eau s’infiltre, se séparant de charge en terre. Antoine Septier, exploitation polyculture-élevage à Maizicourt témoigne : «Chez moi, les bords de champs sont des talus dans lesquels beaucoup de monde se développe ! Ils sont un équilibre naturel à eux-seuls et sur mes parcelles, ils sont essentiels pour retenir les boues et favoriser l’infiltration de l’eau. Il ne faut pas négliger leur entretien, nous les taillons à l’aide d’une épareuse, attention à ne pas les retourner.»

Le bord de champ ramène des adventices dans ma parcelle ?

Faux mais… Dans les bords de champs, moins de 20 % de la végétation est constituée d’adventices. Lorsqu’on étudie la flore du bord de champs, on retrouve rarement des espèces communes avec la flore adventice présente dans les parcelles cultivées attenantes.
Cependant, des perturbations dans le bord de champ peuvent conduire à l’augmentation de la proportion d’adventices sur la bordure extérieure. Nos conseils pour les réduire :
• Maintenir une largeur de minimum 1 mètre
• Éviter les dérives de traitements et d’amendements
• Ne pas faucher trop souvent (maximum 1 fois/an)
• Lors de l’intervention, maintenir une hauteur de coupe > 10 cm
• Préférer la auche au broyage
• Exporter les résidus afin d’éviter de réenrichir le milieu
• Ne pas circuler dans la bordure !

Le bord de champ, mon allié Pac

Vrai. La protection des éléments favorables à la biodiversité constitue l’un des axes de renforcement de la nouvelle conditionnalité des aides Pac. Chaque agriculteur bénéficiaire des aides Pac est tenu de consacrer une part minimale des terres arables de l’exploitation aux infrastructures agroécologiques pour respecter la BCAE 8 (Bonnes conditions agricoles et environnementales). Parmi les infrastructures agroécologiques figurent les bords de champs, de bois ou de cours d’eau avec un coefficient multiplicateur d’équivalence à l’hectare de linéaire ou de surface engagée.
La bande est classée selon la catégorie à laquelle cette parcelle est rattachée (TA) :
• Bande le long des forêts sans production (BFS) : surface herbacée (végétation spontanée ou semée de 1 m de large minimum qui n'est pas utilisée pour la production agricole.
• Bords de champs (BOR) : surface herbacée de 5 m de large qui n'est pas utilisée pour la production agricole. La période de présence obligatoire des bordures de champs, se situe au moins en partie du 15 mars au 15 juillet.
• Bandes Tampon (BTA) : surface herbacée de 5 m de large présente toute l’année le long d'un cours d'eau BCAE. Le mélange d’espèces est conseillé mais non obligatoire à l’exception des légumineuses qui doivent être en mélange avec des graminées.

Vous êtes intéressés par le sujet et souhaitez recevoir de l’information, contactez Maryse Magniez au 06 35 57 01 07

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde