Aller au contenu principal

Betteraves
Campagne betteravière : trop de pluie et des rendements très moyens

Un mois après le début de la campagne, 25% des surfaces sont arrachées dans le département.

Les arrachages se font dans des conditions difficiles cette année.
Les arrachages se font dans des conditions difficiles cette année.
© AAP

Cela fait quelques années que l’on n’avait pas arraché les betteraves dans des conditions aussi humides, en particulier sur la bordure maritime. Pourtant, les arrachages avaient démarré sur des sols trop secs. Mais l’on est passé rapidement à l’excès inverse. L’abondance des précipitations, souvent de caractère orageux, perturbe les chantiers. Résultat, la tare terre augmente. Mais surtout, il y a peu de stocks en plaine, seulement deux à quatre jours d’approvisionnement dans la plupart des usines.
Cette faiblesse des stocks s’explique aussi par le fait que les rendements sont très moyens cette année. A Sainte-Emilie, l’usine tournant à la cadence de 16 000 tonnes/jour, il a fallu anticiper le planning de deux jours et l’on a en plus suspendu l’application du malus prévu dans l’accord tare terre pour que les planteurs poursuivent les arrachages sans risquer d’être pénalisés.
Le poids de racine tourne autour de 62 tonnes et la richesse autour de 18,5/19°. Ce qui donne un rendement à 16° voisin de 75 tonnes. En fait, plus on remonte vers le nord, moins les résultats sont bons. «Nous pensions réaliser un rendement de 83 tonnes à 16, soit dans la moyenne des cinq ans, mais ce sera difficile d’y parvenir. Si l’on fait un peu plus de 80 tonnes, ce ne sera pas si mal», commente Etienne Lenaerts, directeur de l’Asbs (syndicat betteravier de la Somme). On est loin des 94 tonnes de l’an dernier.
Autre caractéristique de cette campagne, les betteraves ont plutôt un gros collet. Ce qu’Etienne Lenaerts explique par deux raisons essentielles. D’abord, le temps qui a fait que les racines n’ont pas pivoté ; elles sont plus courtes que les années passées. Ensuite, les pratiques des agriculteurs qui ont évolué, et c’est tant mieux pour limiter les problèmes de mauvaise conservation en silos ; on trouve beaucoup moins de betteraves sur-décolletées au champ. La tare collet se situe ainsi autour de 10% contre 8,5% l’an dernier.
Enfin, comme le rendement est plus faible, il y aura moins de pulpes. Les volumes seront en retrait de 20% alors que la consommation de pulpes surpressées est stable, voire en légère augmentation. En effet, «la pulpe surpressée est aujourd’hui un produit de qualité, prisée des éleveurs, et la pulpe sèche est chère comme l’ensemble des matières premières, surtout pour les éleveurs non planteurs. D’où l’intérêt d’être adhérent d’une SICA ou d’une coopérative, pour éviter d’avoir à acheter au commerce», fait remarquer Etienne Lenaerts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde