Aller au contenu principal

Campagne céréalière 2013-2014 : dernière ligne droite dynamique

Sur le marché à l’exportation, la France bénéficie toujours d’une demande soutenue des pays tiers, notamment de l’Algérie.

© AAP

En 2013-2014, la France devrait exporter 12 millions de tonnes (Mt) de blé tendre vers les pays tiers contre 9,909 Mt au cours de la campagne précédente (+21,1%). C’est l’estimation de FranceAgriMer à l’issue de son conseil spécialisé des céréales du 12 juin. Malgré la concurrence des blés de la zone mer Noire, les chargements au départ des ports français sont restés soutenus depuis le mois de décembre. Au 6 juin, les exportations vers l’Algérie, le premier débouché des blés français à destination des pays tiers, étaient en augmentation de 30% avec 5,3 Mt contre à peine 4 Mt l’an passé à la même date.
Plus généralement, fait remarquer FranceAgriMer, les volumes expédiés vers le Maghreb ont progressé de 28% d’une campagne à l’autre et s’élevaient début juin à 7 Mt.
Dans ce contexte, le stock de report du blé tendre est révisé à la baisse à 2,791 Mt. La prévision de stock de report de maïs est également abaissée à 2,849 Mt, en raison notamment d'une révision à la hausse des incorporations en alimentation animale. Le stock d’orge est stable à 1,588 Mt alors que celui du blé dur est quasiment nul (9 000 t).

Blé : le potentiel est bon
FranceAgriMer a également esquissé les contours de la campagne 2014-2015. En France, les moissonneuses batteuses ont fait leur entrée dans les champs d’orges bourguignons avec une dizaine de jours d’avance. Selon l’organisme public, l'état végétatif des blés tendres affiche une précocité d'environ six jours par rapport à la moyenne de ces trois dernières années. L’avance est même proche d’une dizaine de jours dans l’Est de la France. «Globalement, le potentiel est bon», a affirmé Maggy Muckensturm, chef de projet Céré’Obs, l’observatoire de l’état des cultures mis en place par FranceAgriMer. «Dans de nombreuses régions, on fera mieux que la moyenne des cinq dernières années», a renchéri Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréales.
Mais plusieurs interrogations persistent. Les déficits hydriques et les températures échaudantes du début du mois de juin s’ajoutant à des problèmes de structure de sols consécutifs à la quasi absence de gel hivernal font craindre des chutes de rendements dans l’Est de la France.

Marché égyptien
Ailleurs, ce sont les excès humidité (moitié Ouest) ou les récents orages de grêle (Eure-et-Loir et Seine-et-Marne en particulier) qui risquent de pénaliser les cultures. Enfin, les conséquences de la pression des maladies sont encore difficiles à appréhender. 2014 restera dans les annales comme l’année de la rouille jaune.
Comme en 2013-2014, les débouchés pays tiers s’annoncent prometteurs pour la prochaine campagne. L’Algérie vient d’acheter un volume d’environ 1,2 Mt de blé (meunier et dur) en l’espace d’une semaine. «Pour le blé tendre, l’origine française a vraisemblablement été privilégiée», a indiqué Olivia Le Lamer, chef de l’unité Grandes cultures de FranceAgriMer. L’autre bonne nouvelle vient d’Egypte. L’Autorité générale de l'approvisionnement en produits de base (GASC) a annoncé le 4 juin vouloir rétablir la tolérance de 13,5% d’humidité, situation qui prévalait avant le 28 janvier 2014. La décision de l’organisme d’achat égyptien de durcir son cahier des charges s’était traduite par l’éviction de facto de l’origine française. Les perspectives de vendre sur l’Egypte 1 Mt de blé tendre redeviennent donc d’actualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde