Aller au contenu principal

Campagne féculière : des rendements encore limités

La coopérative féculière de Vecquemont s’est réunie en assemblée générale, à Amiens, le 13 décembre dernier. Point sur la campagne et perspectives pour 2017-2018.

A la tribune : les représentants de l’usine Roquette entourant le président et le directeur de la coopérative.
A la tribune : les représentants de l’usine Roquette entourant le président et le directeur de la coopérative.
© © F. G.


D’un côté, un industriel, Roquette, qui veut atteindre d’ici 2020-2022 une collecte de pommes de terre féculières d’un million de tonnes à la suite de l’arrêt des livraisons de pommes de terre féculières de Vic-sur-Aisne (3 600 ha emblavés perdus, ndlr), effectif depuis la campagne 2015-2016. De l’autre, une météorologie capricieuse trois années d’affilée aboutissant à des rendements faibles, dont le plus bas a été enregistré pour cette campagne, soit 43,5 t/ha à 17°.
Or si l’usine a pu être alimentée, grâce notamment à l’augmentation des surfaces (de 11 155 ha sur la campagne 2015-2016 à 12 390 ha sur la campagne 2016-2017), les volumes réceptionnés à 17°, au 6 décembre dernier, étaient de 539 049 t, soit en-deçà des volumes contractés à hauteur, eux, de 675 000 t. Conclusion : le contrat a été honoré à 79,8 %. Certes, la campagne n’est pas encore terminée (fin prévue le 25 janvier), mais il sera cependant difficile de combler l’écart en totalité.
La campagne 2017-2018, bien que pas très folichonne non plus, devrait toutefois se présenter sous de meilleurs auspices. Selon le suivi des rendements à partir de prélèvements réalisés jusqu’en décembre, le rendement moyen se situerait autour de 45 t/ha à 17° pour atteindre, au final, 50 à
51 t/ha à 17°. «On devrait faire mieux qu’en 2016, et on s’attend à mieux qu’en 2015. En fait, on devrait être au même niveau que 2010. Ce ne sera pas encore une grande année, mais on est parti de très trois loin. On sera donc dans une année pas encore satisfaisante en termes de rendements», commente Bruno Poutrain, directeur de la coopérative féculière de Vecquemont. Aussi pour ne pas démobiliser les troupes, différentes incitations ont été mises en place.

Mesures d’incitation, prix, bonus et malus
Pour maintenir l’envie des producteurs historiques et inciter de nouveaux à se lancer dans la pomme de terre féculière, Roquette et la coopérative féculière de Vecquemont ont renforcé leur partenariat avec de nouveaux accords d’exclusivité pour les dix ans à venir. De quoi garantir des débouchés. Par ailleurs, pour encourager le développement des surfaces, 100 € par hectare seront versés pour toutes surfaces supplémentaires en 2018, accompagnées de prise de participation par rapport à 2016 ou 2017 pour les nouveaux arrivants. Cette aide sera versée fin juin 2018.
De même, un complément de prix de 2 €/t à 17° sera versé fin juin 2018 à tous ceux qui maintiennent ou développent leurs surfaces depuis trois ans. «Un deuxième complément de prix est tout à fait envisageable étant donné le contexte du marché actuel, mais on ne connaît pas l’ordre de grandeur pour le moment, car on ne sait pas encore quel sera le prix de la fécule», ajoute Olivier Brasset, président de la coopérative féculière de Vecquemont. Enfin, le prix d’acompte pour 2018-2019 sera fixé à 60 €, soit un euro de plus que précédemment.
Côté prix, justement, le prix minimum pour la campagne 2016-2017 est, comme la précédente campagne, à 59 €/t net, auquel s’ajoutent un complément de prix à 1,87 € (versé fin juillet), un bonus moyen de 1,70 €, une conservation moyenne de 2,80 € et une participation au transport de 3 €, soit un prix total de 68,37 €. Avec l’aide couplée, le prix payé aux agriculteurs est en moyenne de 81 €/t net à 21,2 % de densité et de 70,2 €/t net à 17° (il était de 71,7 €/t net à 17° pour la campagne 2015-2016). Mais ce prix net moyen a toutes les chances de grimper avec la nouvelle grille bonus-malus mise en place en 2017.
Pour mémoire, la tare terre et la tare cailloux sont désormais distinguées, le paiement se fait au camion et les tares faibles (< 10 %) sont valorisées. Traduction : le bonus pour une tare cailloux inférieure à 5 % est de 10  €/t net, et entre 5 et 10 %, le bonus est de 2,5 €/t net. En termes de malus, les pénalités sont raisonnables, soit 1 €/t net à 5 % de tare cailloux. Pour 2017, la moyenne bonus-malus est de + 6,05 €/t net à 17 % et le malus cailloux moyen de - 0,63 €/t net. «Le nouveau système rapporte donc en moyenne 5,42 €/t net à 17° alors qu’avec l’ancien système le gain était de 1,59 €/t net à 17°», conclut Thibaut Ricour, conseiller pommes de terre à la coopérative féculière de Vecquemont.
Autre bonne nouvelle, ou méthode Couet : «Il y a de la demande pour la fécule, ce qui fait que notre ambition de collecte d’un million de pommes de terre féculières est cohérente», rappelle le directeur de l’usine Roquette, Arnaud Dupont. La preuve ? Des demandes qui n’ont pu être honorées faute de matière première, et ce, bien que l’offre sur le marché européen soit supérieure à la demande. Roquette demande donc de la fécule. Y a plus qu’à…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde