Aller au contenu principal

Canal Seine-Nord Europe : commment profiter des retombées ?

La Région Hauts-de-France, la Chambre de commerce et d’industrie, Pôle Emploi et la Société du Canal Seine-Nord Europe ont signé le 1er avril trois conventions qui marquent «le lancement de la phase visible de ce chantier».

La réalisation du canal se déroulera de 2021 à 2028 et doit mobiliser de nombreux métiers tout au long du chantier, mais aussi au-delà. 
© V. F.

Un chantier gigantesque comme celui du Canal Seine Nord ne se fait pas d’un coup de baguette magique et après la question du financement, il faut désormais des bras pour le réaliser et des entreprises prêtes à répondre aux différentes phases de réalisation. C’est dans ce sens que la Région Hauts-de-France, la Chambre de commerce et d’industrie, la direction régionale de Pôle Emploi et la Société du Canal Seine-Nord Europe ont signé la semaine dernière une série de conventions pour «accompagner les entreprises et les habitants du territoire pour saisir les opportunités d’affaires et d’emploi du Canal Seine Nord».

Mise en place de guichets uniques

Ces opportunités, quelles sont-elles ? Rien qu’en termes d’emploi, «4 500 vont être créés pour la construction du Canal», a détaillé Xavier Bertrand, président de la société du Canal Seine Nord. Et de poursuivre : «400 personnes travaillent déjà en lien avec le projet et 1 500 postes supplémentaires seront créées quand le Canal serait ouvert». Les métiers à pourvoir sont, selon le détail des partenaires du projet, divers et variés, même si une large majorité seront à pourvoir dans le secteur de la construction : conduite d’engins, génie civil, routiers, encadrement… Autant d’offres qui devront profiter, toujours selon la volonté des porteurs de ce grand chantier, «aux demandeurs d’emploi, jeunes et adultes en insertion, ou actifs en reconversion». Pour le directeur régional de Pôle Emploi, les conventions signées le 1er avril dernier vont ainsi «aider à gagner du temps». L’établissement public chargé de l’emploi assure être en train de «mobiliser toutes ses équipes, avec ses 85 agences et une équipe dédiée au chantier du Canal Seine Nord qui sera mobile», poursuit Frédéric Danel. Pour les entreprises désireuses de «saisir les opportunités liées au Canal Seine-Nord», dixit la Société du Canal, des outils sont également mis à disposition : portail web pour favoriser l’accès aux marchés publics, accompagnement dans la réponse aux appels d’offres avec des formations dédiées, accompagnement financier ou RH… Ces outils sont accessibles depuis un «Guichet unique entreprises» accessible via la plateforme entreprises@hautsdefrance.fr ou 03 74 27 00 27.

 

Accueillir sur le territoire

Mais pour accueillir autant d’intervenants – qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises -, il faudra également que le territoire de Hauts-de-France soit en capacité physique de le faire. La solution ? Faire appel aux entreprises de services, commerçants, restaurateurs, propriétaire de terrains, bailleurs de logements et même exploitants agricoles pour proposer «un accueil des équipes du chantier et leurs familles», avance la Société du Canal Seine-Nord qui a mis en place depuis 2017 le dispositif «Canal accueil» ; autrement dit, un guichet unique d’accueil (grand-chantier.cnse@csne.fr) pour recenser les opportunités. En définitive, au regard des nombreuses retombées attendues, «le Canal Seine-Nord Europe est un plan de relance à lui tout seul», s’enthousiasme le président de la CCI Hauts-de-France, Philippe Hourdain. Un sentiment conforté par le préfet de la Région Hauts-de-France, Michel Lalande qui confiait la semaine dernière que «nous sommes aujourd’hui en train de mettre sur le train de l’économie le plus grand chantier de génie civil français et européen des dix prochaines années avec des retombées qui profiteront bien au-delà de cette période pour le territoire».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde