Aller au contenu principal

Inondations
Canche-Authie : la profession agricole attend toujours curage et entretien

Plusieurs semaines après les inondations qui ont frappé la Somme et le Pas-de-Calais, force est de constater que les travaux d’entretien des cours d’eau permettant l’évacuation de l’eau à la mer n’avancent pas assez vite.

Si dans certains secteurs touchés par les inondations de novembre et janvier,  des travaux ont été engagés, ce n’est malheureusement pas le cas partout, ont dénoncé les FDSEA 80 et 62 auprès d’acteurs locaux invités à une réunion pour échanger sur les moyens à mobiliser pour ne plus avoir à revivre cette situation.
Si dans certains secteurs touchés par les inondations de novembre et janvier, des travaux ont été engagés, ce n’est malheureusement pas le cas partout, ont dénoncé les FDSEA 80 et 62 auprès d’acteurs locaux invités à une réunion pour échanger sur les moyens à mobiliser pour ne plus avoir à revivre cette situation.
© FDSEA 80

Après une nouvelle opération «pirate» de curage d’un cours d’eau dans le Pas-de-Calais (la Canche) menée par la FDSEA du Pas-de-Calais lundi 18 mars, les FDSEA du Pas-de-Calais et de la Somme se sont invitées le même jour à un temps d’échange entre différents acteurs – préfets des deux départements, DDTM, Office français de la biodiversité, conseillers départementaux et régionaux, Symcea, collectivités locales… – sur la suite des opérations à mener pour ne plus revivre les inondations qui ont touché la Somme et le Pas-de-Calais au cours de l’hiver 2023-2024.

 

Des sols toujours saturés d’eau

Dans la commune d’Écuires (62), où se tenait la réunion, les participants ont été accueillis par des agriculteurs en tracteurs venus demander des comptes, comme le rapporte Denis Bully, président de la FDSEA de la Somme. «Nous voilà au printemps et l’on constate qu’à certains endroits, le niveau d’eau dans les champs suite aux inondations de novembre et janvier derniers ne baisse pas.» La raison ? Pour Denis Bully, cela ne fait aucun doute qu’il s’agit de la conséquence d’une «inertie». Les conséquences ? «Avec des sols encore gorgés d’eau, comment envisager certains travaux dans les champs ? Dans les pâtures, la mise à l’herbe des animaux ne pourra pas avoir lieu avant plusieurs semaines. Et je ne parle pas des pertes de fourrages futures parce que certains semis n’auront pas pu être réalisés dans les temps…», a-t-il souligné. Et si la profession agricole est impactée, le président de la FDSEA de la Somme veut aussi avoir une pensée pour les particuliers dont les habitations sont encore inondées.

 

Urgence à agir

Pour les agriculteurs mobilisés à Écuires, il s’agissait bien d’obtenir un calendrier précis des travaux de curage et d’entretien des cours d’eau qui restent à effectuer sur les secteurs de la Canche et de l’Authie. Dans un courrier adressé aux préfets du Pas-de-Calais et de la Somme le 23 février dernier, Lucie Delbarre (FDSEA 62) et Denis Bully dénonçaient déjà «des tergiversations insupportables» retardant la mise en chantier de travaux, malgré les accords donnés par les préfets à les réaliser. Selon nos informations, côté «Somme», les travaux de curage engagés sur le versant sud de l’Authie devraient se poursuivre avec la participation de la Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre (CCPM) et du Département de la Somme.

Côté Pas-de-Calais, en revanche, les choses semblent moins avancées, au point que des moyens venant de la Somme pourraient être mobilisés. Enfin, quant à la situation de la Canche, selon la FDSEA du Pas-de-Calais, des travaux de curage pourraient débuter à partir du 2 avril.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde