Aller au contenu principal

CAPa métiers de l’agriculture : il reste des places au CFPPA

Le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) Haute-Somme a ouvert cette année un nouveau CAPa pour les métiers de l’agriculture.

Le Conseil régional des Hauts-de-France a mis en place un plan apprentissage pour encourager les entreprises à recruter des appentis.
Le Conseil régional des Hauts-de-France a mis en place un plan apprentissage pour encourager les entreprises à recruter des appentis.
© © CFPPA Haute-Somme


Accueillant deux centres (le lycée agricole et le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole), répartis sur deux sites (Péronne et Ribemont-sur-Ancre), l’Etablissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole de la Haute-Somme (EPLEFPA) relance cette année, après cinq ans d’arrêt, le CAPa métiers de l’agriculture avec, pour spécialité, les grandes cultures. Tout sauf un hasard dans ce territoire à l’est du département où les surfaces agricoles sont dédiées, pour l’essentiel, aux céréales. Or, les exploitants agricoles de ce secteur peinent à trouver des apprentis.
Une quinzaine d’entre eux ont donc décidé de solliciter l’établissement pour qu’une formation sur les grandes cultures soit ouverte. «Outre cette demande, nous savions aussi que quelques jeunes du territoire partaient en internat à Abbeville pour trouver une formation similaire, ce qui induisait aussi un manque de proximité géographique pour les maîtres d’apprentissage. Or, notre mission est de répondre aux besoins du territoire. Les contraintes réglementaires ayant été levées, notamment sur l’utilisation des machines par les jeunes, nous avons décidé de rouvrir le CAPa métiers de l’agriculture, qui peut accueillir des jeunes, comme des adultes», précise Emilie Mahon, directrice du Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA).
A la date du 15 septembre dernier, neuf jeunes étaient inscrits au CAPa Métiers de l’agriculture, dont cinq ayant trouvé un maître d’apprentissage, les quatre autres cherchant toujours. Mais, pour assurer la formation, l’établissement doit avoir au moins sept jeunes ayant un contrat d’apprentissage.

Formation dispensée et débouchés
Tous les enseignements théoriques délivrés dans le cadre de ce CAPa, tels que les mathématiques ou le français, par exemple, sont orientés sur des aspects pratiques. Quant aux enseignements pratiques, ils portent à la fois sur la conduite des machines en toute sécurité, le chaumage, le déchaumage, etc. Pour ce faire, l’EARL du Pressoir, à Halles, a mis à disposition de l’établissement une parcelle et du matériel. «De la sorte, les compétences acquises sont applicables directement sur le terrain», traduit la directrice du CFPPA. Au menu : une formation sur tous les modes de production : agriculture de précision, agriculture écologiquement intensive et agriculture biologique.
L’enseignement, sur deux ans, est réparti entre douze semaines par an au centre de formation et le reste en entreprise. Les congés sont fixés avec l’entreprise.
Pour y accéder, les candidats doivent avoir entre seize et trente ans à la signature du contrat d’apprentissage. Un jeune qui a quinze ans entre la rentrée et le 31 décembre peut également s’inscrire en apprentissage à condition qu’il ait terminé l’enseignement de
la 3e. Cette formation donne la possibilité, pour ceux et celles qui le souhaitent, de poursuivre vers un bac pro, un certificat de spécialisation ou un brevet professionnel.
Quant à ses débouchés, ils portent essentiellement sur des postes d’ouvriers qualifiés dans les entreprises agricoles spécialisées en grandes cultures, comme sur des postes d’employés dans les entreprises de travaux agricoles, les Cuma (conduite de matériel, etc.). Mais, pour y accéder, les jeunes doivent d’abord décrocher un contrat d’apprentissage.

Primes régionales à l’apprentissage
Tout a été mis en œuvre pour faciliter les démarches tant pour les jeunes que pour les maîtres d’apprentissage. Ainsi, le Conseil régional des Hauts-de-France a mis en place un plan apprentissage pour encourager les entreprises à recruter des appentis afin de dynamiser l’entrée des jeunes sur le marché du travail. Ce plan propose notamment des aides financières très intéressantes que les entrepreneurs peuvent calculer à partir du simulateur d’aide aux employeurs au site de la Région (1).
A titre d’exemple, pour un jeune apprenti CAPa en première année, le coût de revient pour une entreprise de trois salariés est de 4 605 €, soit 383 € par mois. Sur ces 4 605 €, l’employeur recevra 3 000 € d’aides financières, soit 666 € par mois. Au total, au titre de la première année, le coût net est de - 3 395 €, soit - 283 € par mois. Ce résultat est évalué en fonction des planchers légaux (pourcentage du Smic : 25 %). Quoi qu’il en soit, le montant des aides est supérieur au coût salarial pour l’employeur. Enfin, pour ceux qui embaucheraient un apprenti reconnu travailleur handicapé, ils peuvent percevoir des aides de l’Agefiph.

(1) http://www.hautsdefrance.fr/simulateur-daides-aux-employeurs-dapprentis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde