Aller au contenu principal

CapSeine va devenir un des grands de la pomme de terre

En rachetant Pom’Alliance, puis en intégrant Lunor dans son périmètre coopératif, CapSeine concrétise sa volonté de diversification.

Pom’Alliance vient de quitter la sphère des fonds d’investissement en s’ancrant désormais à CapSeine, vingtième groupe coopératif français. Dans la foulée, ce dernier entame parallèlement un processus de fusion avec la coopérative de Luneray, dont le principe en a été acquis le 3 avril dernier au terme d’une réunion des 80 coopérateurs fondateurs de la coopérative et dont la moitié sont aussi coopérateurs de CapSeine. Les deux nouvelles activités «légumes» seront intégrées dans une société baptisée Noralliance Légumes. Celle-ci sera la filiale légumes de la coopérative rouennaise, tournée historiquement vers la collecte et le négoce de céréales.

Perçue d’un bon œil
Cette opération est perçue d’un bon oeil par les représentants des producteurs qui y voient la possibilité de mettre en oeuvre une stratégie plus ambitieuse en matière de négoce de pommes de terre, principalement à l’exportation.
Car, du côté de l’amont, on n’hésite pas à souligner que les trois majors de la pomme de terre sont encore peu armés pour affronter certains concurrents étrangers. Que ce soit Pom’Alliance, Terre de France ou Parmentine, aucune de ces trois structures ne dépasse aujourd’hui les 300 000 T de tubercules commercialisés par an. «Mais ça va dans le bon sens», souligne Patrick Trillon, le président de l’Unpt (Union nationale des producteurs de pommes de terre) plaidant pour que les producteurs français puissent prendre leurs destinées en main.

LES TROIS ENTREPRISES

La coopérative de Luneray (76) : elle est réputée pour sa marque Lunor et ses gammes de légumes cuits sous vide (environ 45 à 50 000 tonnes commercialisés par an sur un marché estimé à 130 000T). Elle dispose d'un centre de conditionnement de tubercules qui lui permet de commercialiser sur le frais environ 50 à 55 000 tonnes/an. Elle s’appuie également sur la plateforme logistique Lunor Distribution basée à Chaulnes (80). Lunor réalise un chiffre d’affaires de 40 M€ et emploie 450 salariés.

Pom’Alliance : le groupe est né en 1996 de la volonté de six négociants-conditionneurs français (La société Nouvelle Robert Durand, les Ets Denis, la SA Toczé, Pom’Champ, Nord-Pom et La Jacobine) de se regrouper pour se positionner comme interlocuteur unique auprès de la grande distribution. Le siège social est implanté à Orly. 2006 verra la disparition de Nord-Pom et 2008 l’entrée du fonds d'investissement LBO France. Les 200 producteurs livrant 120 000 t /an sont implantés en Ile de France, Beauce, Provence, Artois-Picardie et Champagne. Pom’Alliance commercialise 250 000 t/an de pommes de terre, emploie environ 250 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 118 à 120 M€.

CapSeine : le groupe coopératif basé à Rouen a réalisé un chiffre d’affaires de 716 M€ et emploie 613 salariés. Son résultat net part du groupe s’est élevé cette année à 8,6 M€. Sur un territoire allant du Havre à Dieppe et de Beauvais à l’ouest de Paris, CapSeine a collecté 1,5 MT de céréales provenant de ses 3350 adhérents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde