Aller au contenu principal

Coopération
Capsom et Cap Seine en route vers la fusion

Les liens de plus en plus étroits se sont noués depuis 2011 entre les deux coopératives.

 

Les conseils d’administration de Cap Seine basée à Rouen (76) et de Capsom à Corbie (80) ont décidé le 12 mars de proposer à leurs adhérents un projet de fusion des deux coopératives.
En effet, depuis 2011, Cap Seine et Capsom ont noué des liens étroits dans le cadre d’un partenariat entre ces deux entreprises. Capsom s’appuie sur l’expertise de Cap Seine pour la commercialisation des céréales, les offres commerciales et les services proposés aux adhérents. Elle a également participé au projet légumes de Cap Seine en prenant une participation dans la holding Noralliance Légumes créée, en novembre 2013, lors du rachat de Pom’Alliance, suivi en dé­cembre par l’intégration de Lunor.
Le négoce Sapa, filiale de Capsom, avait déjà intégré «Alternae», structure négoce du groupe Cap Seine en juillet 2013.
Les deux coopératives partagent les mêmes valeurs, les mêmes activités et productions et leurs débouchés sont complémentaires. La Somme fait partie de la zone territoriale des deux entreprises. L’objectif de cette fusion est de contribuer au développement de l’agriculture régionale et à l’amélioration des revenus des agriculteurs.
L’assemblée générale extraordinaire de Capsom va être convoquée le 30 avril pour une prise d’effet de la fusion au 1er juillet 2014.
L’ensemble du personnel restera à son poste car le site de Corbie deviendra "Centre de Vie"  au sein d’une nouvelle région du groupe Cap Seine. Ainsi, le lien de proximité avec les adhérents sera conservé.

 

Fiches d’identité des deux coopératives

Capsom

Le président est Marc Deryke et le directeur général Philippe Chouffeur.
Capsom compte 350 adhérents et 22 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros pour une collecte de 87 000 tonnes. Basée à Corbie, la coopérative dispose de huit implantations pour une capacité de stockage de près de 100 000 tonnes. Au cours de ces dernières années, Capsom a développé un savoir-faire particulier sur les blés de qualité meunière.

Cap Seine
Le président est Jean-Jacques Prévost et le directeur général Patrick Aps. Cap Seine estun groupe coopératif agricole qui accompagne plus de 4 000 agriculteurs de l’hinterland du port de Rouen (Haute-Normandie, Somme, Oise et Val d’Oise) tant en productions végétales qu’en productions animales. Il commercialise dans l’union Sillage dont fait partie Noriap, 1,5 million de tonnes de céréales et oléo-protéagineux. En outre, il collecte plus de 120 000 bovins viande. Le groupe développe son savoir-faire dans l’activité distribution verte sous enseigne Gamm Vert avec 25 magasins répartis sur son territoire.
Enfin, acteur majeur de la filière Légumes, Cap Seine poursuit son projet de diversification et de consolidation des filières régionales au travers de sa filiale Noralliance Légumes.
Avec cette entrée dans la filière légumes, Cap Seine cherche à se diversifier à et réduire sa dépendance vis-à-vis des céréales.
En mettant la main sur Lunor, il capte aussi une PME normande à très forte notoriété qui aurait pu un jour être rachetée par un autre acteur.
Cette diversification légumière avait commencé en novembre dernier avec l’acquisition de Pom’Alliance (chiffre d’affaires 100 millions d’euros, 200 salariés), leader français de la pomme de terre fraîche. Installée à Orly dans le Val-de-Marne, l’entreprise collecte et conditionne 250 000 tonnes de pommes de terre. Elle va pouvoir se déployer sur la Normandie, la seule région de l’Hexagone où elle n’était pas présente.
Lunor devrait, de son côté, retrouver des marges de manœuvre. Les dirigeants de Cap Seine ont en effet annoncé pour l'entreprise un "plan de développement stratégique" pour le début 2014.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde