Aller au contenu principal

Capsom : un exercice rassurant

La coopérative a noué des alliances pour l’approvisionnement et la commercialisation.

Marc Derycke, président de Capsom : «nos résultats traduisent la pertinence de choix d’alliance». A droite Philippe Chouffeur, directeur de la coopérative.
Marc Derycke, président de Capsom : «nos résultats traduisent la pertinence de choix d’alliance». A droite Philippe Chouffeur, directeur de la coopérative.
© AAP

Marc Derycke, président de Capsom, a présenté le rapport de l’exercice 2011-2012 aux 180 agriculteurs présents à l’assemblée générale du 6 décembre. La collecte 2011-2012 de la coopérative s’est élevée à 83 500 tonnes, marquant un repli de 15% par rapport à l’année précédente. Pour le groupe, en incluant l’activité de surface SAPA, la collecte totale est de 145 500 tonnes, soit un repli de 5,2% seulement. Ceci peut traduire une hésitation des adhérents au cours de l’année antérieure, dans un contexte conjoncturel compliqué pour la coopérative. D’ailleurs, la collecte 2012 s’est ressaisie de 4,5% pour le périmètre de Capsom, revenant à 87 000 tonnes lors de la dernière récolte, comme l’a confirmé Philippe Chouffeur, directeur du groupe.
Le chiffre d’affaires de l’exercice écoulé s’élève à 50 292 k€ pour le périmètre du groupe, en hausse de 9,5% dont 32 263 k€ pour Capsom seule. Il est constitué à 62% par la collecte de céréales, et à 37% par l’activité d’approvisionnement. Le résultat net consolidé s’élève à 717 k€, et ce dans un contexte de valorisation confortée des produits (voir tableau).
Marc Derycke, président, a dans son rapport considéré que la rémunération était revenue à la hauteur des exigences des adhérents, la commercialisation de la récolte 2011 ayant été assurée au travers de l’union Ceremis.

2012 sous le signe des partenariats
Cette stratégie de partenariat a été redéfinie pour aborder la récolte 2012. Après l’entrée de Capsom dans l’union Terres de France, opérateur leader dans le secteur de l’approvisionnement en produits phytopharmaceutiques, des choix d’alliance au sein de l’union Sillage avec CapSeine et Noriap ont pris le relais sur le volet de la commercialisation. «Nos résultats traduisent la pertinence de choix d’alliance ; pertinents et durables dans un monde de rupture, souligne Marc Derycke, qui détaille les collaborations : avec Noriap dans la logistique avec un embranchement fluvial à Languevoisin et un embranchement fermé à Saleux ; avec CapSeine dans la déclinaison des offres commerciales et les services aux adhérents incluant de nouveaux outils de gestion et de communication interne. Au final, Marc Derycke a qualifié ces partenariats de «liens étroits et irréversibles, qui permettent d’entrevoir l’avenir avec sérénité».

Philippe MITKO, responsable commercial chez In Vivo
«Le monde ne peut pas se permettre une deuxième année 2012»

Philippe Mitko, responsable de la division commercial international Balkan chez In Vivo, a dressé le bilan des échanges mondiaux de céréales sur l’année écoulée, et établi quelques scénarios d’évolution. Alors que la situation mondiale fin mai semblait calme, la sécheresse historique aux Etats Unis a vu en trois mois la production américaine de maïs amputée de 100 millions de tonnes (soit sept fois la production annuelle française). Le déséquilibre, allié à des réductions de disponibilités chez bon nombre d’exportateurs (Argentine, Australie, Russie, Pays de la Mer Noire) a engendré une rapide et brutale hausse des prix des céréales. Si la consommation mondiale s’est de fait repliée de 40 millions de tonnes, quasi exclusivement en productions animales, il apparaît que les stocks mondiaux sont au plus bas, et que le marché d’exportation est tendu faute de volumes. Dans ce contexte, la France fait figure de rare pays ayant encore des disponibilités et devrait approvisionner les échanges au cours des prochains mois, avec comme indication de prix la parité Euro/Dollar.
Par ailleurs, l’année 2013 s’ouvre avec un réel contexte d’incertitude : les stocks mondiaux sont au plus bas et il n’est pas possible d’avoir de nouveau une production mondiale inférieure à la consommation sans être obligé de réduire cette dernière. Le monde ne peut pas supporter une deuxième année 2012. Pour l’heure, les prévisions climatiques tendent à une campagne équilibrée, mais il faut toujours attendre la sortie de l’hiver pour estimer la récolte en Russie/Mer Noire.
L’effet spéculation n’est d’ailleurs plus une crainte, car les fondamentaux du marché sont plus puissants que l’intervention des fonds d’investissements spéculatifs (au demeurant, la crise les calme…). Dans ce contexte où tous les fondamentaux sont à la hausse, Philippe Mitko estime que le seul élément modérateur est la situation économique mondiale, mais il est de taille ! Au final, il n’en demeure pas moins optimiste pour le prix du blé en 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde