Aller au contenu principal

Ce week-end, le monde agricole investit le centre d’Abbeville

Il est devenu un rendez-vous bisannuel d’importance. Le festival de l’agriculture en Picardie maritime a lieu, pour la quatrième fois, en plein centre d’Abbeville ces samedi et dimanche 18 et 19 mai.



La Picardie maritime offre un paysage varié, formé d’un large cordon littoral, entre la baie d’Authie, au nord, et Le Tréport, au sud, et composé de terres intérieures, autour d’Abbeville. De ce paysage a émergé une agriculture dotée, elle aussi, d’une grande diversité : de l’élevage laitier à la production de plants de pommes de terre, de la vente en circuit court à la production pour les industries agroalimentaires…
C’est toute cette diversité que veut présenter au public le monde agricole, lors de la quatrième édition du festival de l’agriculture en Picardie maritime, ce week-end, à Abbeville.
«Nous avons voulu faire en sorte que la ferme vienne à la ville, pour sensibiliser le grand public à nos pratiques, et apporter une réponse à l’agribashing grandissant. Nous allons pouvoir montrer les efforts que font les agriculteurs pour répondre aux attentes des citoyens», explique Aline Landrieux, agricultrice à Forest-Montiers et membre du comité d’organisation.
Vingt mille personnes ont été accueillies lors de la précédente édition, en 2017, et la ville compte bien en attirer au moins autant cette année.

Les céréales sont à l’honneur
Pour l’occasion, l’esplanade du boulevard Vauban sera aménagée en cinq pôles : un marché du terroir avec vente de produits locaux, un pôle animal, un pôle machinisme, «placé au cœur de l’évènement pour la première fois», un pôle village entreprises, et un pôle végétal.
Ce dernier pôle animation entièrement dédié au thème des céréales est la nouveauté de l’année. «Les visiteurs pourront y découvrir de manière ludique et pédagogique toutes les étapes de la vie d’une céréale», précise Aline Landrieux. Au programme, des démonstrations de meunerie, de boulangerie, de micro-brasserie, des mini-films en libre accès, l’expérience de la récolte en réalité virtuelle, un jeu concours…
Le pôle animal, lui, attire toujours autant les enfants. Chevaux, moutons, volailles et  vaches laitières suscitent forcément leur intérêt. Mais les reines du festival seront les charolaises, race emblématique du secteur, qui se pavaneront sur le ring à l’occasion du concours officiel de la race charolaise. Une cinquantaine de bêtes, parmi les plus belles de la région, sont inscrites.

L’emploi agricole valorisé
Le village entreprises permettra de présenter la palette des formations et des débouchés du secteur. Dans des milieux ruraux comme celui de la Picardie maritime, les filières agricoles sont bien souvent parmi les principaux employeurs. Et Nicolas Dumont, maire d’Abbeville, en a bien conscience. «L’avenir de l’agriculture, dépend aussi du nombre d’agriculteurs que nous garderons sur le secteur, et par conséquent, de l’image que nous donnons au grand public et aux jeunes plus particulièrement», annonce-t-il.
Les agricultrices, elles aussi, ont bien l’intention de prouver qu’elles sont de plus en plus présentes dans les métiers de l’agriculture. Elles assureront, cette année, la confection et la vente de pain perdu. L’occasion d’entamer la discussion. Les Jeunes agriculteurs présenteront l’agriculture aux enfants et restaureront tout ceux qui le souhaitent aux buvettes du festival.

Programme

Vendredi 17 mai
Journée réservée aux classes scolaires, les enfants découvrent un parcours en trois pôles d’animation : une mini-ferme avec animaux animée par les agricultrices, le stand de l’interprofession du lait pour la découverte des produits laitiers, et un pôle céréales avec découverte de la vie d’une céréale, animé par un professionnel de l’AGPB.

Samedi 18 mai
14h : ouverture au public et inauguration
14h30 : début du concours de la race charolaise sous le chapiteau-ring
15h à 17h : concours du meilleur gâteau battu
19h : fermeture des stands

Dimanche 19 mai
9h : ouverture au public
11h : présentation des races ovines sous le chapiteau-ring
De 12h à 14h : repas du terroir sous chapiteau (sur réservation)
De 14h à 17h : présentation de races bovines et présentation des vainqueurs du concours de charolais
17h30 : remise de prix du concours de charolais
19h : fin du festival

Repas du terroir : uniquement sur réservation au 03 22 53 30 06
Au menu, des produits locaux exclusivement : bavarois d’asperges fraîches et ses rillettes de maquereau, porcelet à la broche de Bellancourt adoucie au miel et frites, duo de fromages, mini gâteau battu accompagné de fraises.
Tarif adulte : 18 € ; tarif enfant : 10 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde