Aller au contenu principal

Installation-transmission
Cédants et porteurs de projets espéraient un coup de cœur au farm’dating

Tous se présentaient plein d’espoirs : les uns cherchent un candidat motivé pour reprendre les rênes de la ferme, les autres cherchent la ferme qui leur permettraient de s’épanouir. Cédants et porteurs de projets avaient rendez-vous ce 15 novembre, à Beaucourt-en-Santerre, pour le deuxième farm’dating de la chambre d’agriculture régionale. 

Sur soixante-dix inscrits, dix exploitations et seize candidats à la reprise étaient sélectionnés.
Sur soixante-dix inscrits, dix exploitations et seize candidats à la reprise étaient sélectionnés.
© A. P.

Philippe Codron parle de sa ferme maraîchère du Cucq (62), comme de son bébé. «C’est une exploitation familiale depuis quatre générations, qui comprend 10 ha de cultures légumières diversifiées, avec un débouché de vente directe qui fonctionne très bien», présente-t-il. Lui, comme la dizaine d’agriculteurs proches de la retraite ou en recherche d’associé, fondait beaucoup d’espoir dans le farm’dating qu’organisaient la Chambre d’agriculture Hauts-de-France ce 15 novembre, à la distillerie d’Hautefeuille de Beaucourt-en-Santerre. 

«Sur la formule du speed dating, l’objectif est d’organiser des rencontres entre agriculteurs et candidats à la reprise ou à l'association d'exploitation», présente Julie Potier, conseillère installation-transmission. L’enjeu est de taille. «D’ici 2026, plus de 30 % des chefs d’exploitation atteindront l’âge de la retraite. Un cinquième des terres vont changer de main d’ici cinq ans. Il est urgent de relever le défi du renouvellement des générations, en encourageant des projets d’installation et en incitant les agriculteurs à anticiper leur transmission», introduit France Theret, présidente de la commission Hommes et entreprises à la chambre d’agriculture. Le format farm’dating semble séduire. Sur soixante-dix inscrits, dix exploitations et seize candidats à la reprise étaient sélectionnés. 

L’exercice n’est cependant pas simple. Sept minutes de tête à tête pour convaincre. Au retentissement du jingle, les candidats sont priés de changer de table. «C’est un premier contact. Si le courant passe bien, une deuxième rencontre peut alors s’organiser à  l’exploitation», précise Julie Potier. Philippe Codron aimerait céder à un jeune motivé. «Il y a de quoi faire dans cette ferme maraîchère. Un des gros avantages est la relation avec la clientèle du Touquet notamment, en vacances, régulièrement en résidence secondaire, qui a envie de se faire plaisir avec des bons produits.» Lui continue de faire évoluer son entreprise. «Je travaille à la création d’un site pour développer les commandes en ligne.»

 

Entre activité spécifique et projet défini 

Ferme horticole à 15 km de Lille avec «gros potentiel de vente au détail», entreprise de vente d’aliments d’animaux familiers et d’élevage de volailles près de Moreuil, ou encore atelier de multiplication porcin dans le même secteur… Ces fermes, qui proposent une activité économique tout à fait viable, sont cependant parfois très spécialisées, et ne collent pas toujours au projet déjà bien défini des candidats. Fanny cherche une exploitation de polyculture et élevage laitier, dans lequel elle pourra développer la transformation. «Ce projet est une reconversion. Je me suis formée pour cela et j’ai réalisé six mois d’immersion pour être certaine que mon rêve colle à la réalité.» Aujourd’hui, elle est à la recherche de la ferme idéale. «J’ai été surprise par la taille des exploitations, qui sont assez lourdes à reprendre, et par le faible nombre d’opportunités», confie-t-elle. Dylan est aussi confronté à ce manque de possibilité de reprise. Voilà sept ans qu’il cherche sa perle rare dans le Nord. «Mon grand-père, ex-éleveur ovin, m'a transmis sa passion. Pour moi, il y a une vraie cohérence entre les moutons et les cultures, dans la valorisation des couverts, les engrais fertilisants…»

 

Le temps de la réflexion

Tout le monde n’avait pas trouvé chaussure à son pied à l’issue de l’après-midi, mais tous conservaient leur optimisme. «J’ai été agréablement surprise de l’ouverture d’esprit des candidats, note Agnès Bonne-Duacheux, qui exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication. Les jeunes ne restent pas cantonnés à un schéma initial. Peut-être que la présentation de nos activités fera naître une réflexion qui cheminera dans leur esprit…»

 

Un répertoire pour trouver repreneur

La chambre d’agriculture multiplie les outils pour favoriser la transmission. L’un d’eux est le répertoire départ installation (RDI). Avec l’aide d’un conseiller, le cédant dépose une annonce en ligne qui précise le projet de cession : activité, biens à céder, conditions de reprise, profil du candidat recherché… Le contact du candidat se fait via le conseiller. «Les échanges entre agriculteur et conseiller sont confidentiels et les offres publiées respectent l’anonymat des cédants», précise la chambre. 
Depuis 2019, 46 % des fermes qui sont passées par le RDI auraient trouvé un repreneur. C’est le cas de Christophe et Nicolas, polyculteurs-éleveurs laitiers du Boulonnais, qui ont cédé leur exploitation à Jean-Emmanuel. «Lorsqu’on prend la décision de transmettre, on met le cap sur l’inconnu. L’accompagnement nous a aidé à mener les démarches en confiance», confie Nicolas. 

Contact : Pauline Singez, service installation-transmission, 06 42 15 89 32 ; pauline.singez@npdc.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde