Aller au contenu principal

Céréales : estimation record sur le plan mondial

Le Conseil international des céréales (CIC) a livré le 26 mars une première estimation de la récolte mondiale, au niveau record de 2 223 Mt de grains en 2020-21. Malgré le coronavirus, les intentions de semis seront respectées, d’après lui.

Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021.
Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021.
© A. P.


«La production totale de grains devrait atteindre un nouveau sommet de 2 223 Mt, soit environ 2 % de plus en glissement annuel», selon un rapport. Elle est affichée en hausse à la fois pour le blé à 768 Mt (contre 763 Mt en 2019-2020), le maïs à 1157 Mt (contre 1 116 Mt), le soja à 366 Mt (contre 341 Mt). «A ce niveau, l’offre globale constituerait un nouveau pic mais, avec une croissance supposée de la consommation, une nouvelle baisse modeste des stocks de clôture est prévue. Encore une fois, cela est principalement lié à une baisse des stocks de maïs en Chine, qui compense largement l’accumulation de cette céréale aux États-Unis.» Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021 (contre 275 Mt), sous l’impulsion de la Chine et de l’Inde. Une croissance de 2 % est envisagée pour le commerce mondial de grains, à 385 Mt (contre 379 Mt), les flux internationaux en maïs, blé et sorgho s’accélérant, d’après le rapport.

L’impact de la pandémie reste difficile à évaluer
Le CIC insiste sur le caractère provisoire de ses prévisions sur l’offre et la demande «jusqu’à ce que la propagation et la durée de la pandémie deviennent plus claires». Alors que certains produits de base ont connu une forte hausse de la demande immédiate, particulièrement ceux à base de riz et de blé, «l’affaiblissement de la situation économique pourrait freiner l’utilisation à plus long terme, notamment des produits industriels tels que l’éthanol de maïs et l’amidon».
Bien que les achats à l’importation de certaines commodités se soient accélérés ces dernières semaines, des difficultés logistiques sont signalées à mesure que les contraintes de mouvement et les me- sures de quarantaine se généralisent, poursuit le rapport. «Les restrictions de transport pourraient également entraver la distribution des intrants agricoles et perturber les travaux de printemps. Mais, à ce stade, le CIC juge que les intentions de semis seront respectées.»

Les semis de maïs revus en hausse aux États-Unis
Le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a, lui, surpris les observateurs en annonçant le 31 mars des intentions de semis pour le maïs à 96,99 millions d’acres (39,25 Mha) aux États-Unis, soit bien plus que les 94,33 M anticipés en moyenne par les analystes et que les 89,7 M de l’an passé. Aux yeux de la société Agritel, «il semble que les farmers américains ne décident plus tellement de leurs emblavements en fonction des prix [...] mais bien en fonction de leurs habitudes et de leur matériel». Le maïs est actuellement plombé par l’effondrement des cours du pétrole et dans son sillage de l’éthanol. Une évolution des prix «quelque peu compensée par un repli des coûts des intrants, engrais notamment», en plus des carburants, poursuit Agritel.
Côté soja, l’USDA a évalué que 83,51 M d’acres (33,79 Mha) seraient semés cette année aux États-Unis, ce qui est bien plus que l’an dernier (76,1 M d’acres) mais un peu moins que la moyenne des analystes (84,87 M). S’agissant du blé, l’USDA a anticipé les superficies à 44,66 M d’acres (18,07 Mha), contre 44,98 M attendus. Pour le seul blé de printemps, la superficie est évaluée à 12,6 M d’acre (5,1 Mha).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde