Aller au contenu principal

Céréales immatures : un atout pour approvisionner les méthaniseurs

Le nombre de projets de méthanisation est en forte augmentation actuellement.

© NJCA02



Pour approvisionner les méthaniseurs, différents gisements sont possibles : les coproduits (pulpe, déchet d’industrie agroalimentaire…), les effluents d’élevage et la biomasse, que l’on peut produire sur son exploitation. Cette biomasse est principalement issue d’ensilage de céréales immatures, maïs, sorgho…
La production de céréales immatures, récoltées au printemps, présente de nombreux avantages. Tout d’abord, elles sont plus productives que celles récoltées à l’automne (8 à 10 tms/ha au printemps contre 2 à 3 tms/ha en récolte d’automne). Au vu des essais que nous réalisons, elles ont aussi l’avantage d’avoir un rendement très régulier, car il y a moins de risques climatiques, notamment la sécheresse en été, qui peut impacter le rendement. Au niveau du choix des espèces, il y a toujours une graminée qui sera dominante dans le mélange (pour assurer le rendement), soit un triticale, un seigle et parfois une orge d’hiver. Ces céréales peuvent être associées avec des légumineuses : vesce ou pois. Au vu des premiers résultats d’essais, le seigle tire son épingle du jeu avec des rendements souvent proches de 10 tms/ha, un peu supérieurs aux autres mélanges et un pouvoir méthanogène équivalent aux différents mélanges (triticale pois, orge d’hiver, triticale pois vesce,…).
En ce qui concerne les seigles, ils présentent l’avantage de ne pas être sensibles à la JNO (Jaunisse nanisante de l’orge). Il y a des différences importantes entre les lignées et les hybrides. Les lignées sont plus sensibles à la verse. Les hybrides, qui sont plus tolérants aux maladies, semblent présenter un rendement un peu supérieur aux lignées. Afin de confirmer ces différents points, la Chambre d’agriculture Hauts-de-France a implanté à Monceau-sur-Oise un essai où l’on retrouve trois variétés de seigle (une lignée et deux hybrides), différents mélanges à base de triticale, de l’escourgeon et du blé. L’objectif de cet essai est de mesurer la productivité des différents couverts à deux dates de récolte, le 25 avril et le 15 mai et de mesurer le pouvoir méthanogène à chaque récolte.
En ce qui concerne la conduite de ces cultures, l’idéal est de ne pas les semer après le 20 octobre. Les cultures étant récoltées avant la montée à graine des adventices, il n’y a pas besoin de désherber. Au niveau de la fertilisation azotée, il faut apporter entre 80 et 150 U d’azote à définir en fonction du potentiel, du type de sol et du reliquat sortie hiver. Compte tenu du cycle des cultures, il n’y a pas besoin de produits phytos (fongicide, régulateur de croissance…).
Ces cultures avec peu d’azote apporté, sans produits phytosanitaires, qui produisent de l’énergie et stock du carbone, offrent une porte d’entrée à des pratiques vertueuses.
Pour observer ces différents couverts sur le terrain, rendez-vous le mardi 11 juin, à Catenoy (60).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde