Aller au contenu principal

Céréales : observer les citadelles ravageuses au bon moment pour mieux agir

Aucun moyen de lutte n’est disponible contre le virus que transmet la cicadelle aux céréales. Les techniques culturales préventives et la lutte insecticide en végétation sont donc les seuls moyens de lutte.

Si une forte activité de cicadelles est observée, un traitement est à réaliser.
Si une forte activité de cicadelles est observée, un traitement est à réaliser.
© © Arvalis - Institut du végétal



Les cicadelles de l’espèce Psammotettix alienus transmettent les virus de la maladie des pieds chétifs en piquant les plantes. Aucun moyen de lutte n’est disponible contre ces virus quand la plante est infectée. La lutte repose donc sur des techniques culturales préventives et sur la lutte insecticide en végétation.
La lutte préventive s’appuie notamment sur la destruction des repousses et des graminées sauvages qui constituent des réservoirs à virus. Ensuite, il est recommandé d’éviter un semis précoce entraînant une plus grande concomitance entre la période de forte sensibilité de la céréale et la période d’activité des cicadelles. Mais retarder le semis ne constitue pas toujours une mesure pleinement efficace quand les conditions climatiques de l’automne restent longtemps favorables à l’activité des insectes sur la parcelle. Un semis tardif n’affranchit donc nullement à la surveillance des cultures à l’automne !

Intervenir
en végétation
Depuis le retrait des traitements de semences à base d’imidaclopride, la protection insecticide s’appuie uniquement sur des traitements en végétation (cf. tableau). Agissant par contact, ils doivent donc être positionnés en fonction de la présence des cicadelles et non pas d’un stade ou d’une date.
L’observation des insectes dans la parcelle, durant les premières phases de développement des céréales d’hiver, est donc essentielle pour déclencher le traitement insecticide au moment le plus opportun.
Pour raisonner l’intervention insecticide, il est recommandé de disposer des pièges chromatiques, plaques jaunes engluées de format A4, sur le sol avec une inclinaison d’environ 30° (pour favoriser l’écoulement de l’eau) à plus de 20 mètres de la bordure de la parcelle. Le piège doit être mis en place dès le semis et la surveillance peut être arrêtée après deux semaines consécutives sans capture. Les pièges doivent être lus chaque semaine, voire deux fois par semaine (ce qui facilite la détermination et le dénombrement des cicadelles). Il est conseillé de réaliser un traitement insecticide en végétation si le nombre de captures hebdomadaires est supérieur ou égal à trente cicadelles Psammotettix alienus.
Tant que les conditions météorologiques sont douces (température > 12°C) et ensoleillées, même après une première intervention, il est recommandé de poursuivre les observations sur pièges pour renouveler le traitement si nécessaire.

Surveiller aux heures les plus chaudes
En l’absence de piégeage, une observation directe des cicadelles sur la parcelle peut également être pratiquée en période ensoleillée, la plus chaude de la journée, pour déclencher le traitement. Si une forte activité est observée (observations sur cinq endroits de la parcelle faisant sauter devant soi au moins cinq cicadelles pour chaque endroit), le traitement est à réaliser. Cette opération de quelques minutes pourra être renouvelée autant de fois que nécessaire.
Si tout le territoire est potentiellement concerné, la maladie des pieds chétifs est plus fréquemment observée dans les régions Centre et Nord-Est de la France. Une vigilance est particulièrement nécessaire dans ces larges secteurs.
Enfin, ne pas oublier que les conditions favorables à l’activité des cicadelles le sont bien souvent aussi pour les pucerons. Les pucerons peuvent être actifs plus longtemps sur les parcelles, la surveillance est alors à prolonger en cas d’automne doux.

Comment reconnaître la cicadelle Psammotettix alienus ?

L’adulte, de couleur beige clair, a une taille d’environ
4 mm et présente de nombreuses épines sur le tibia postérieur. La présence de six bandes beiges larges et de cinq bandes blanches étroites sur le thorax est l’une des caractéristiques de l’espèce. La coloration des élytres est également caractéristique, avec notamment des nervures dorsales éclaircies à leur interaction et la présence de zones sombres au bord des nervures, sauf à la toute extrémité de l’aile où la macule est entièrement brune.
La larve aptère (cinq stades larvaires) est semblable à l’adulte, mais plus petite et plus claire sauf lors du dernier stade.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde