Aller au contenu principal

Cerfrance Somme maintient le cap

Cerfrance Somme poursuit son accompagnement auprès de ses adhérents et veut être à leur écoute.

De gauche à droite, Emmanuel Lefebvre, Patricia Poupart, Hervé Demalle, Olivier Taisne et Sylvain Turlot.
De gauche à droite, Emmanuel Lefebvre, Patricia Poupart, Hervé Demalle, Olivier Taisne et Sylvain Turlot.
© AAP


Au cours de l’assemblée générale de Cerfrance Somme, qui s’est déroulée le 16 janvier dernier à Amiens, Olivier Taisne, directeur du Cerfrance Somme s’est exprimé ainsi : «Notre raison d’être est avant tout de contribuer au développement de l’entreprise et du dirigeant, par l’accompa­gnement, les dé­marches de grou­­­pe et les réunions d’information. D’être présent pour le conseil, d’optimiser les structures existantes et d’innover pour faciliter la gestion d’entreprise. Et d’apporter tout le réglementaire nécessaire aux réalisations comptables pour un travail de qualité, aux fiches de paye et l’adaptation aux évolutions de la législation. Sans oublier de sécuriser nos adhérents.»
Cerfrance Somme a enregistré une progression d’un peu moins de 5 %, cette année, dans les secteurs de l’artisanat, du commerce et des professions libérales et l’érosion relativement minime, du nombre d’agriculteurs se poursuit.
Pour accompagner ses clients, Cerfrance Somme a renforcé son personnel (306 salariés), notamment par la mise en place du CICE (Crédit d’impôt compétitivité emploi). Ceci lui a permis de consolider certains secteurs, comme l’environnement, la gestion de patrimoine et le conseil aux entreprises.
Comme l’a rappelé Hervè Demalle, président de Cerfrance Somme, «il y a dix ans, nous nous sommes fixé trois axes importants : celui de rester leader sur le marché agricole, celui de devenir challenger sur le marché des commerçants et artisans, et celui d’affirmer notre différence sur le conseil de qualité. Ces objectifs ont été at­teints. Et de préciser que nous ac­compagnons une bonne partie des en­treprises du département».
Le chiffre d’affaires global cette an­née atteint 21,411 millions, soit une hausse d’un peu plus de 2,3 % par rapport à l’an dernier. Ce chiffre d’affaires se répartit de la manière suivante : 71 % sont dédiés à la compta­bilité des adhérents, 16 % aux activités de conseil, 7 % aux prestations en social, 3 % à l’environnement et 3 % aux prestations juridiques.

Rester à l’écoute
Compte tenu du contexte agricole mitigé, accentué par une crise de l’élevage, des rendements en berne, des évolutions réglementaires et administratives de plus en plus con­traignantes (DSN, Pac, instabilité des règles fiscales…), «nous devons rester mobilisés et innovants pour l’accompagnement qualitatif de nos adhérents, jouer notre rôle en leur apportant les bons repères, les indicateurs pertinents, leur assurer la pérennisation de leurs entreprises avec les conseils d’ordre juridique, fiscal et patrimonial», a rappelé Olivier Taisne. Tout cela se fait par la diffusion de références, d’informations pertinentes, d’optimisation fiscale et sociale, de regard extérieur…
L’accompagnement de la production de lait s’est encore poursuivi cette année par le biais de la formation «Entreprendre et Réussir lait», qui a permis de créer plusieurs groupes collectifs sur l’activité laitière. Les carrés d’échange, instaurés depuis deux ans, continue leur chemin. Cette année, Cerfrance Som­me continue la certification collective ISO 9001 pour permettre aux TPE de pouvoir s’y adapter avec un coût raisonnable.

Assurer un service de qualité
Cerfrance Somme a apporté cette année sa contribution, à la fois à la crise de l’élevage et à la mauvaise récolte, par la réalisation d’audits ré­férencés par les Hauts-de-France. Il doit innover et optimiser les process. C’est le cas du système de «scanarisation de factures», ce qui permet aux adhérents d’envoyer leurs factures directement à leur comptable, pour établir leur comptabilité, à l’aide d’un appareil appelé «DematBox».
Le site «Cerfrance connect» vient remplacer le bureau en ligne, et permet d’accéder à ses données et à des supports pour réaliser des prévisions de toutes sortes. Et de se trouver en permanence connecté à son centre de comptabilité et de conseil (réalisation de devis, facturier, calculer les échéances d’un emprunt…). Le président Hervé Demalle a souligné que «le numérique s’amplifie. On dématérialise les supports comptables. Les factures seront numérisées d’ici 2020 pour automatiser les écritures comptables. On s’implique de plus en plus dans l’informatique embarqué, avec des objets connectés, des stocks en temps réel, des suivis de production. C’est pourquoi, il faut rester attentif à ces évolutions».
Et pour terminer l’assemblée, Hervé Demalle, n’a pas oublié de rappeler «qu’il fallait ne pas se sentir seul, ne pas rester isolé, que les collaborateurs restent à l’écoute des adhérents et, surtout, ne pas hésiter à in­tégrer un groupe pour continuer à avancer dans de bonnes conditions. Acheter un conseil, c’est investir dans l’avenir». Puis de reprendre le slogan de Cerfrance Somme : «Entreprendre ensemble».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde