Aller au contenu principal

Société
Ces antispécistes qui veulent contrôler notre langage

L’utilisation de certaines expressions imagées et faisant appel au bestiaire pour qualifier un trait de caractère ne passe pas auprès de l’association antispéciste Peta qui y voit une marque supplémentaire de domination de l’homme sur l’animal. Inadmissible selon elle. 

Cochon dans la merde
L'utilisation de certaines expressions associant des animaux déplait à l'association antispéciste Peta.
© Pixabay

Ils veulent contrôler nos assiettes... mais aussi notre langage ! C’est le genre de messages que l’on lit et que l’on relit plusieurs fois avant d’y croire. Et que l’on se demande ensuite s’il faut le prendre au sérieux.

Tête de pont du mouvement antispéciste – cette démarche qui consiste à lutter contre la domination de l’animal par l’homme -, l’association Peta a défrayé la chronique aujourd’hui par un tweet dans lequel elle demande de plus utiliser certaines expressions.

Lesquelles ? Selon Peta, lorsque l’on qualifie quelqu’un de « poule mouillée » parce qu’il est un peu peureux, de rat parce qu’il est mouchard ou encore de serpent parce qu’il a l’habitude de dire du mal des autres, on se rend coupable de spécisme (!) : « Les mots peuvent créer un monde plus inclusif ou perpétuer l’oppression. Utiliser un animal comme une insulte renforce le mythe selon lequel les humains sont supérieurs aux autres animaux et qu’il est justifié de les bafouer », écrit ainsi en anglais l’association.

Pour remplacer chacune de ces expressions courantes, Peta propose donc des « alternatives » : de quelqu’un qu’on qualifierait de « porc », il faut ainsi désormais dire qu’il est « repoussant » (repulsive).

Alternatives langage

Le message en question émane de Peta international, et n’a pas fait l’objet d’une reprise par la branche française de Peta, sur son compte Twitter. Ce qui est rassurant tout de même, c’est que dans les commentaires de personnes se déclarant vegan ou antispécistes, cette nouvelle sortie ne fait pas l’unanimité. On peut considérer que « les animaux ne sont pas à nous pour expérimenter, les manger, les porter, les utiliser à des fins de divertissement ou abuser de toute autre manière » et encore avoir un peu de discernement sans se laisser aller au jusqu’au-boutisme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde