Aller au contenu principal

Société
Ces antispécistes qui veulent contrôler notre langage

L’utilisation de certaines expressions imagées et faisant appel au bestiaire pour qualifier un trait de caractère ne passe pas auprès de l’association antispéciste Peta qui y voit une marque supplémentaire de domination de l’homme sur l’animal. Inadmissible selon elle. 

Cochon dans la merde
L'utilisation de certaines expressions associant des animaux déplait à l'association antispéciste Peta.
© Pixabay

Ils veulent contrôler nos assiettes... mais aussi notre langage ! C’est le genre de messages que l’on lit et que l’on relit plusieurs fois avant d’y croire. Et que l’on se demande ensuite s’il faut le prendre au sérieux.

Tête de pont du mouvement antispéciste – cette démarche qui consiste à lutter contre la domination de l’animal par l’homme -, l’association Peta a défrayé la chronique aujourd’hui par un tweet dans lequel elle demande de plus utiliser certaines expressions.

Lesquelles ? Selon Peta, lorsque l’on qualifie quelqu’un de « poule mouillée » parce qu’il est un peu peureux, de rat parce qu’il est mouchard ou encore de serpent parce qu’il a l’habitude de dire du mal des autres, on se rend coupable de spécisme (!) : « Les mots peuvent créer un monde plus inclusif ou perpétuer l’oppression. Utiliser un animal comme une insulte renforce le mythe selon lequel les humains sont supérieurs aux autres animaux et qu’il est justifié de les bafouer », écrit ainsi en anglais l’association.

Pour remplacer chacune de ces expressions courantes, Peta propose donc des « alternatives » : de quelqu’un qu’on qualifierait de « porc », il faut ainsi désormais dire qu’il est « repoussant » (repulsive).

Alternatives langage

Le message en question émane de Peta international, et n’a pas fait l’objet d’une reprise par la branche française de Peta, sur son compte Twitter. Ce qui est rassurant tout de même, c’est que dans les commentaires de personnes se déclarant vegan ou antispécistes, cette nouvelle sortie ne fait pas l’unanimité. On peut considérer que « les animaux ne sont pas à nous pour expérimenter, les manger, les porter, les utiliser à des fins de divertissement ou abuser de toute autre manière » et encore avoir un peu de discernement sans se laisser aller au jusqu’au-boutisme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde