Aller au contenu principal

Ces chantiers et perspectives qui attendent les betteraviers

Dans une semaine, le 26 novembre, la CGB 80 tiendra son assemblée générale à Hébécourt, au sud d’Amiens. L’occasion de se retrouver entre betteraviers pour un point sur l’activité syndicale betteravière des derniers mois et d’évoquer l’avenir autour de quelques «grands dossiers».

Les conditions d’arrachage, restent «moyennes», selon la CGB qui relève un taux de tare de 10 %.
Les conditions d’arrachage, restent «moyennes», selon la CGB qui relève un taux de tare de 10 %.
© JC Gütner

En ce milieu de semaine, le rendement betteravier dans le département de la Somme s’affichait autour de 85 t à 16, selon la CGB 80 ; un chiffre qui, s’il est en deçà des prévisions, s’en rapproche au fil de la campagne. Avec un niveau de 17,5, la richesse en sucre est, quant à elle, «stable» et restera pénalisée par la cercosporiose que l’on a vu apparaître cette année. En ce qui concerne les conditions d’arrachage, elles restent «moyennes», selon la CGB qui relève un taux de tare de 10 %. À l’approche de la période hivernale, la couverture des silos commence elle aussi à apparaître, mécaniquement dans la plupart des situations. Et c’est sans aucun doute que chacun de ces points et chiffres feront l’objet de quelques discussions lors de l’assemblée générale du syndicat des producteurs de betteraves de la Somme qui aura lieu vendredi 26 novembre, à Hébécourt, au sud d’Amiens. Pour Dominique Fiévez, le président de la CGB 80, cette réunion est aussi importante «parce qu’il s’agit de la première que nous pouvons organiser en présentiel depuis deux ans, expliquait-il en milieu de semaine. C’est l’occasion de recréer des liens dans une période où la betterave connait une période difficile».  

 

Chantiers et perspectives

Lors de cette matinée, la CGB 80 reviendra sur l’activité syndicale betteravières des derniers mois – lutte contre la jaunisse, dérogation pour l’utilisation des NNI, travaux engagés dans le Plan national de recherche et d’innovation (PNRI) – avant d’aborder la situation des marchés dont plusieurs signaux tendent à montrer qu’ils sont porteurs. Selon Dominique Fiévez, «les marchés qui s’améliorent, avec un marché européen maintenant déficitaire doivent redonner de la confiance dans cette production». Pour évoquer les perspectives de la filière à trois ans, Pierre Rayé, directeur de la CGB sera présent. Il devrait également partager les réflexions du syndicat sur la contractualisation betteravière, partant du constat selon lequel «une rénovation s’impose», et évoquer le sujet de la loi Egalim 2 et de l’utilisation des marchés à terme pour capter de la valeur. Enfin, grand témoin de la matinée, l’expert et consultant en agro-économie, Jean-Marc Seronie, sera présent pour présenter une approche des enjeux et défis de l’agriculture française à dix ans. Le but de cette rencontre ? «Élargir notre vision au-delà de notre filière betterave», insiste Dominique Fiévez qui profitera de l’occasion pour rappeler le rôle du syndicalisme betteravier, son évolution et son avenir à l’aube de ses cent ans.

 

Saint Louis Sucre vise 2 000 ha supplémentaires

Saint Louis Sucre, filiale de l’allemand Südzucker, vise 2 000 ha de betterave en plus, a-t-il déclaré le 12 novembre à l’occasion d’une réunion de planteurs à Berville-en-Roumois (Eure). Cet objectif est couplé à un «prix minimum garanti pour 100 % des betteraves contractées», de 25,31 /t à 16° forfait collet pour 2022, conformément aux annonces faites en juin par l’industriel, dont deux des quatre sucreries ont récemment été fermées. «Avec deux usines parfaitement complémentaires», l’une en Normandie (Étrépagny) et l’autre en Picardie (Roye), «dans lesquelles plus de 25 M ont été investis au cours des deux dernières années, Saint Louis Sucre dispose d’un outil industriel performant», affirme le président, François Verhaeghe. Les travaux ont notamment permis de moderniser les installations, de réduire les consommations d’énergie et contribuer ainsi à la transition énergétique, précise l’industriel. «Au cours des six dernières années les émissions de CO2 à la tonne de sucre cristallisé ont été réduites de 25 %», souligne-t-il. Les investissements se poursuivent : Étrépagny sera l’usine pilote pour le déploiement de sa stratégie «Excellence en maintenance et digitalisation».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Pulpes
Tereos met les pieds dans le plat de pulpes avant le début de campagne
Les adhérents de la coopérative Tereos ont reçu il y a quelques jours (11 avril) une note dans laquelle le groupe détaille les…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Première étape pour les candidats, sous l’œil attentif du responsable de production de Picvert, Christophe Ringard (à g.) : différencier un chénopode d’une pousse de mâche.
Les indispensables petites mains des champs se raréfient
Chaque printemps, le casse-tête de la main-d’œuvre est de plus en plus sévère pour les producteurs de légumes. Le Groupement d’…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde