Aller au contenu principal

Election présidentielle
Ces départements qui veulent faire front quoi qu’il en coûte

Le président du Conseil départemental de la Somme, Stéphane Haussoulier est signataire d'un appel de 30 présidents de Conseils départementaux, à voter dimanche pour Emmanuel Macron. Ces derniers jugent en effet qu’une victoire de Marine Le Pen (RN) représenterait « une menace sur notre niveau de protection sociale, en fragilisant notre économie, et sur les libertés individuelles et locales, avec la remise en cause de nos institutions et de notre État de droit », selon un communiqué.

Macron Départements
Stéphane Haussoulier est l'un des huit présidents de Conseils départementaux à avoir lancé une invitation aux autres Départementaux à s'engager derrière la candidature d'Emmanuel Macron.
© Conseil départemental de la Somme

Leurs dernières forces dans la bataille. Même si plusieurs sondages donnent vainqueur Emmanuel Macron dans la course à l'élection présidentielle face à la candidate du Rassemblement National, Marine Le Pen, plusieurs présidents de conseils départementaux ont lancé un appel à lui faire barrage, ce vendredi 22 avril dans une lettre publiée par nos confrères du journal La Tribune.

Parmi les trente signataires, on retrouve sans surprise le président du Département de la Somme. Stéphane Haussoulier, qui avait annoncé le 14 février dernier son ralliement à Emmanuel Macron, fait partie des huit présidents de départements à l'initiative de cet appel avec ses collègues de Seine-Maritime, de l’Aisne, des Pyrénées-Atlantiques, de l’Eure, de La Réunion, de la Mayenne et de l'Aveyron.

Un « front républicain » brisé ?

« Contrairement aux scrutins de 2002 et 2017, le « front républicain » érigé en pareille circonstance est, cette année, une moindre évidence pour beaucoup d’électeurs. Indéniablement, l’entreprise de banalisation de Marine Le Pen et de son programme a en partie réussi », constatent la trentaine d’élus départementaux. Et ces derniers de détailler leurs craintes sur la pérennité « des solidarités humaines et territoriales ». « Nous savons pourtant que le projet de Madame Le Pen ne les résoudra en rien. Au contraire, les réponses simplistes qu’elle porte, ses obsessions antirépublicaines et son admiration pour les dirigeants autoritaires comme Vladimir Poutine ne pourront qu’aggraver notre situation nationale et déstabiliser la place de la France sur le plan international », jugent ces élus. 

« La fermeture des frontières (aux voyageurs comme aux investisseurs), le retrait de notre pays de plusieurs dispositifs européens (dont la PAC) ou encore l’accumulation de dépenses nouvelles (sans recettes convaincantes en regard) conduiraient la France à une récession certaine », estiment-ils également.

Pas une consigne de vote

En s’opposant aussi vertement à la candidature Le Pen, s’agit-il d’une consigne de vote ? Pas tout à fait, même si cela y ressemble : « Cet appel à la responsabilité des électeurs n’est pas une consigne de vote : les Français sont libres. Il s’agit, pour nous, présidents de Départements, aux prises directes avec les préoccupations et les difficultés quotidiennes des Français, d’alerter sur ce qui menacerait notre action en cas d’élection de Madame Le Pen. Cet appel n’est pas, non plus, un blanc-seing au Président de la République s’il est réélu », expliquent les présidents de Départements. Et de conclure sur leurs propres intentions : « Parce que notre combat contre l’extrême droite a toujours été clair, nous glisserons sans aucune hésitation, dans l’urne le dimanche 24 avril, le seul bulletin de vote encore porteur de nos valeurs démocratiques et républicaines : celui d’Emmanuel Macron ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde