Aller au contenu principal

Biodiversité
Ces fermes qui deviennent maison d’hôtes pour oiseaux

Grâce au concours de l’association Symbiose, plusieurs exploitations de la Somme ont reçu il y a quelques jours leurs premiers nichoirs destinés à accueillir des rapaces nocturnes.

Elie Vermersch et nichoir
Elie Vermersch et l'un des deux nichoirs qu'il va installer sur sa ferme pour l'accueil de rapaces nocturnes.
© V.F.

Chouette alors ! Face à la raréfaction des lieux permettant aux chouettes de nidifier – fermeture de bâtiments, des clochers, disparition de haies et d’arbres creux… -, des agriculteurs de la Somme ont décidé d’installer dans leurs corps de ferme ou aux alentours des nichoirs. Une démarche lancée par l’association Symbiose Somme, laquelle rassemble la FDSEA de la Somme, la fédération départementale des chasseurs, le GDSA 80, la FRSEA Hauts-de-France, les Jeunes Agriculteurs ou encore la Chambre départementale d’agriculture.

Conçus par l’ESAT Les Alençons de Camon, en contreplaqué marine pour les rendre résistants aux aléas climatiques, deux types de nichoirs sont disponibles : l’un, de taille et de poids assez imposant, destiné plutôt à l’Effraie des clochers et à positionner dans un hangar ouvert ; l’autre, plus petit, que l’on installe plutôt dans un verger. La livraison de ces équipements favorables à la biodiversité s’est effectuée en fin de semaine dernière. Moisson oblige, ils attendront encore quelques jours pour être installés, d’autant qu’il reste à trouver le bon endroit pour les installer. Pour l’agriculteur qui les reçoit, le seul investissement est « un peu de temps » ; le financement des premiers nichoirs ayant été assuré par Groupama.

Régulateur des rongeurs

Agriculteur à Ville-le-Marclet, Elie Vermersch fait partie d’un premier groupe d’exploitants à s’engager dans l’accueil de rapaces sur sa ferme. Celui qui est aussi vice-président de Symbiose raconte la genèse de ce projet : « C’est en cherchant des projets à accompagner par l’association qu’on s’est rendu que l’installation de nichoirs est quelque chose de relativement simple à mettre en œuvre, et utile pour tout le monde, y compris pour l’agriculture ». Qu’elle soit Effraie des clochers ou Chevêche d’Athena, la chouette joue en effet un rôle important dans la régulation des rongeurs nuisibles aux cultures, et vecteurs de maladies. « C’est en quelque sorte un auxiliaire, et c’est naturel », sourit Elie Vermersch ; avant d’assurer avoir connaissance de quelques oiseaux dans les parages. D’après l’association Symbiose, la consommation de rongeurs d’une chouette peut atteindre 1 500 individus, le régime alimentaire de l’oiseau en étant composé à 70%. Le reste du bol alimentaire de la chouette est composé d’insectes, d’amphibiens ou encore d’oiseaux.

Avec Symbiose, partage et expertise

Le grand modèle de nichoir qu’Elie a reçu sera installé dans un hangar ; l’autre sera installé dans une pâture où se trouvent des arbres fruitiers. Curieux, l’agriculteur est impatient de savoir si ses installations seront fréquentées : « L’idée, explique-t-il, ce sera d’installer un piège photographique… » L’association Symbiose et ses partenaires ont prévu quant à eux un suivi plus scientifique de l’utilité de ces nichoirs. Pour Elie, l’installation des nichoirs dans des fermes n’est qu’une petite étape dans le projet de Symbiose : « Symbiose est le lieu idéal pour mener des projets en faveur de la biodiversité, en réunissant différents acteurs autour d’une table et en bénéficiant d’une expertise plutôt que de faire chacun dans son coin ». Le jeune agriculteur est enthousiaste à l’idée de voir d’autre projets émerger et cite en vrac un travail sur la plantation de haies, l’implantation pérenne de bandes de luzerne… Le tout dans une logique de service à une biodiversité bien utile à l’agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde