Aller au contenu principal

Grandes cultures
Chaleur d’octobre : les conséquences possibles sur les céréales juste semées

L’épisode de douceur, voire de chaleur automnale inédite, place octobre 2022 au rang du mois d’octobre le plus chaud depuis plus de 40 ans. Quelles conséquences pour les céréales d’hiver qui viennent d’être implantées ?

Sur la période du 1er au 31 octobre, en moyenne sur près de 300 stations météorologiques bénéficiant d’un historique supérieur à vingt ans, l’anomalie de température a été de + 3,3°C (16,3°C au lieu de 13°C). Autrement dit, nous avons bénéficié en octobre de températures habituellement rencontrées en septembre. Evidemment, cette météorologie atypique a été associée à un rayonnement moyen en légère hausse (+ 4 %) et à des précipitations en baisse sur 80 % du territoire.

 

Une émission accélérée de feuilles d’un gabarit supérieur

D’un point de vue physiologique, des températures aussi douces, voire chaudes, vont évidemment impacter la croissance et le développement des céréales. La levée va être accélérée, sous réserve que l’humidité du sol soit suffisante. Les céréales ont besoin d’environ 150 degrés-jour (base 0°C) pour lever (pour une profondeur de semis normale, autour de 2-3 cm). Cette durée va passer d’une valeur habituelle de 10-15 jours à plutôt 7-10 jours cette année. L’émission des feuilles va être rapide : le phyllotherme des céréales d’hiver étant de 100 à 150°Cj, la douceur que nous venons de connaître va conduire à des stades foliaires plus avancés à date calendaire constante. La croissance foliaire va être accrue : la taille des premières feuilles dépend de la température lors de leur émission.

Le contexte 2022 va donc générer des feuilles légèrement plus grandes, et une émission accélérée. La surface foliaire va donc croître plus vite qu’à l’accoutumée, ce que l’on peut déjà voir dans les parcelles qui apparaissent très «vertes» pour un début novembre.

 

Espèces et variétés alternatives «galopent»

Les températures rencontrées ont été peu propices à la vernalisation. Pour les espèces d’hiver nécessitant une vernalisation ou freinés par la durée du jour, le cumul thermique actuel n’impacte pas la phénologie de l’année. À l’inverse, les espèces alternatives ou de printemps (blé dur, orge de printemps, mais aussi et surtout les Cipan et Cive) vont être fortement accélérées par la chaleur de ces dernières semaines. La manifestation la plus visible peut être l’épiaison d’espèces précoces implantées cet été pour couvrir les sols.

Les céréales n’ont pas encore expérimenté des températures fraîches, voire froides, nécessaires à l’endurcissement vis-à-vis du gel. Le scénario à craindre serait donc une chute brutale et significative des températures et l’apparition rapide de gelées fortes.

 

Quelques points  de vigilance

Parallèlement, les conséquences agronomiques et sanitaires de la période chaude et sèche semblent plus impactantes. La sécheresse relative des horizons de surface peut induire des préparations grossières des lits de semence et affecter la qualité de levée. Heureusement, les céréales à paille présentent une forte plasticité en cas de pertes de plantes à la levée. La douceur a pu favoriser le maintien et l’activité des ravageurs, notamment pucerons et cicadelles sur céréales. La sécheresse a sans doute gêné l’activité des limaces, mais les préparations parfois grossières associées à un retour de conditions climatiques plus humides et fraîches doivent conduire à la vigilance vis-à-vis de ce ravageur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde