Aller au contenu principal

Challenge culinaire : les toques MFR subliment les produits locaux

Les maîtres et maîtresses de maison des vingt-deux Maisons familiales rurales de la région se sont prêté à un challenge culinaire. Il s’agissait d’élaborer une recette goûteuse et originale à partir d’un panier de produits locaux.

Etienne Loiret, maître de maison de la MFR d’Avesnes-sur-Helpe (en bas à gauche), a décroché la toque d’or.
Etienne Loiret, maître de maison de la MFR d’Avesnes-sur-Helpe (en bas à gauche), a décroché la toque d’or.
© A. P.



Mettez du porc de Picardie entre les mains des maîtres et maîtresses de maison des MFR (Maison familiales rurales), accompagné de betteraves, champignons, navets violets, carottes, pommes de terre, riz ou semoule, au choix. En ressort un délicieux plat que les apprenants des vingt-deux établissements du genre des Hauts-de-France ont eu le plaisir de déguster.
Elaborer un plat et un dessert, à base d’aliments d’un panier garni bien précis : voilà le défit qu’avaient à relever ces cuisiniers lors de la seconde édition du challenge des Toques MFR (la première a eu lieu en 2016), en partenariat avec Api, spécialiste de la restauration collective avec qui travaillent les MFR. La remise des prix avait lieu le 28 septembre, au Château blanc de Flixecourt. «Le responsable de cuisine est un poste important, car quand les jeunes rentrent chez eux, ils parlent d’abord de ce qu’ils ont mangé», confie Guy Martel, président des MFR. Ce challenge des Toques MFR est donc le moyen de mettre leur savoir-faire en valeur
Tous ont reçu un prix, mais au jeu de la recette la plus gustative, Etienne Loiret, maître de maison de la MFR d’Avesnes-sur-Helpe (59), a su émoustiller davantage les papilles. Au menu : jambon braisé maison au jus de thym et ses légumes façon sarladaise, puis tartelette gelée de pommes, crème de rhubarbe meringuée sur sa glace au pain d’épices… Rien que ça !
«J’ai cherché ce que je pouvais faire de mieux avec le matériel dont je dispose dans ma cuisine, commente le lauréat de la toque d’or. J’ai surtout voulu valoriser au maximum le circuit court, avec l’achat de deux jambons à l’os crus à l’abattoir de la commune, par exemple, ou encore, pour le dessert, avec l’utilisation des pommes bio que les élèves ont ramassées.» Pour lui, cette récompense est une vraie «reconnaissance du travail que nous fournissons au quotidien. Et ça fait du bien».

Présentation, goût, originalité, ambiance
Comme pour ses confrères, son plat et son dessert a été soumis à l’avis un jury de trois ou quatre personnes missionnées par la fédération régionale (70 % de la note) et à celui des jeunes (30 % de la note). Présentation, originalité, ambiance, et goût étaient les principaux critères.
Tous ont pu participer à une journée spécialement organisée pour les cuisiniers à Flixecourt, encadrée par des professionnels d’Api restauration. Parmi eux, Olivier Herbomel, champion du monde 2010 de sculpture sur fruits et légumes. «Ces ateliers ont permis à nos maîtres et maîtresses de maison de découvrir de nouvelles pratiques. Un autre moyen de les récompenser pour leurs efforts», explique Philippe Poitel, directeur des  MFR Hauts-de-France.
Les cinq premiers lauréats auront aussi le privilège de découvrir la cuisine moléculaire à l’Institut culinaire de Paris, avec le réputé chef Fabrice Corbonnois.



Cinq lauréats

MFR de Samer : prix des élèves
MFR de Campagne-les-Boulonnais : prix Api MFR
MFR d’Oisemont : toque de bronze
MFR de Rollancourt : toque d’argent
MFR d’Avesnes-sur-Helpe : toque d’or

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde