Aller au contenu principal

Energies
Chauffer au bois pourrait donner du grain à moudre aux agriculteurs

Le développement de réseaux de chaleur alimentés par des chaudières biomasse pourrait offrir des opportunités aux agriculteurs installés sur les territoires qui s’équipent de ce type d’installations.

Les agriculteurs du SEA de Corbie à l’intérieur du bâtiment qui accueille la chaudière à biomasse de la ville.
© V. F.

Comment des agriculteurs peuvent-ils contribuer au fonctionnement de réseaux de chaleur et/ou en profiter ? C’est la question que se sont posés les adhérents des syndicats d’exploitants agricoles (SEA) de Corbie et d’Amiens Agri Métropole lors de leurs assemblées générales, ces derniers jours. Sur l’un comme sur l’autre de ces territoires, des collectivités locales ont en effet fait le choix d’investir dans des réseaux de chaleur alimentés par des chaudières à biomasse.

Le bois, le moins cher


À Corbie, par exemple, où le projet a été porté par la Fédération départementale de l’énergie (FDE), une chaufferie fonctionnant au bois et au gaz est en service depuis janvier 2020. Elle est installée près du collège Eugène Lefebvre et a coûté 4,2 millions d’euros. Plus d’une vingtaine de bâtiments sont aujourd’hui raccordés au réseau de chaleur alimenté par la chaudière biomasse : hôpital, maison de retraite, piscine, gymnase, centre des impôts ou encore école… pour un équivalent de 1 000 logements.

Même s’il y a besoin de le coupler avec une autre source d’énergie – à Corbie, c’est le gaz pour assurer l’appoint lors de pics de froid et les périodes de maintenance -, «le bois reste le combustible le moins cher», constate Agnès Lenne, chargée de mission réseaux de chaleur et énergies renouvelables. Conformément aux objectifs de ses promoteurs, la chaudière à biomasse permet de couvrir 91 % des besoins du réseau de chaleur. Sur le plan environnemental, le recours au bois permet aussi de substituer 964 t équivalent pétrole par an et d’éviter de libérer environ 1 726 t de CO2 par an dans l’atmosphère.

Valorisation des haies et stockage de plaquettes


Le site qui accueille la chaudière dispose d’une capacité de stockage de 260 m3. En hiver, trois livraisons de plaquettes de bois par camion sont effectuées par semaine, contre une seule en période estivale. La consommation en plaquettes est de l’ordre de 3 300 t par an. Et le rôle des agriculteurs dans tout cela ? Pour Agnès Lenne, plusieurs pistes sont envisagées : «L’approvisionnement de chaudières à biomasse peut être un débouché pour des agriculteurs souhaitant valoriser leurs haies, ou des parcelles boisées, par la production de plaquettes.» Autre type de collaboration envisagée, la mise à disposition au sein de leurs fermes d’espaces de stockage pour constituer des stocks-tampons de plaquettes. Enfin, se pose également la question de l’utilisation des cendres issues de la combustion comme fertilisant. Si pour la FDE, le sujet est encore «prématuré», il pourrait également faire l’objet d’une prochaine discussion avec le monde agricole samarien.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde