Aller au contenu principal

Energies
Chauffer au bois pourrait donner du grain à moudre aux agriculteurs

Le développement de réseaux de chaleur alimentés par des chaudières biomasse pourrait offrir des opportunités aux agriculteurs installés sur les territoires qui s’équipent de ce type d’installations.

Les agriculteurs du SEA de Corbie à l’intérieur du bâtiment qui accueille la chaudière à biomasse de la ville.
© V. F.

Comment des agriculteurs peuvent-ils contribuer au fonctionnement de réseaux de chaleur et/ou en profiter ? C’est la question que se sont posés les adhérents des syndicats d’exploitants agricoles (SEA) de Corbie et d’Amiens Agri Métropole lors de leurs assemblées générales, ces derniers jours. Sur l’un comme sur l’autre de ces territoires, des collectivités locales ont en effet fait le choix d’investir dans des réseaux de chaleur alimentés par des chaudières à biomasse.

Le bois, le moins cher


À Corbie, par exemple, où le projet a été porté par la Fédération départementale de l’énergie (FDE), une chaufferie fonctionnant au bois et au gaz est en service depuis janvier 2020. Elle est installée près du collège Eugène Lefebvre et a coûté 4,2 millions d’euros. Plus d’une vingtaine de bâtiments sont aujourd’hui raccordés au réseau de chaleur alimenté par la chaudière biomasse : hôpital, maison de retraite, piscine, gymnase, centre des impôts ou encore école… pour un équivalent de 1 000 logements.

Même s’il y a besoin de le coupler avec une autre source d’énergie – à Corbie, c’est le gaz pour assurer l’appoint lors de pics de froid et les périodes de maintenance -, «le bois reste le combustible le moins cher», constate Agnès Lenne, chargée de mission réseaux de chaleur et énergies renouvelables. Conformément aux objectifs de ses promoteurs, la chaudière à biomasse permet de couvrir 91 % des besoins du réseau de chaleur. Sur le plan environnemental, le recours au bois permet aussi de substituer 964 t équivalent pétrole par an et d’éviter de libérer environ 1 726 t de CO2 par an dans l’atmosphère.

Valorisation des haies et stockage de plaquettes


Le site qui accueille la chaudière dispose d’une capacité de stockage de 260 m3. En hiver, trois livraisons de plaquettes de bois par camion sont effectuées par semaine, contre une seule en période estivale. La consommation en plaquettes est de l’ordre de 3 300 t par an. Et le rôle des agriculteurs dans tout cela ? Pour Agnès Lenne, plusieurs pistes sont envisagées : «L’approvisionnement de chaudières à biomasse peut être un débouché pour des agriculteurs souhaitant valoriser leurs haies, ou des parcelles boisées, par la production de plaquettes.» Autre type de collaboration envisagée, la mise à disposition au sein de leurs fermes d’espaces de stockage pour constituer des stocks-tampons de plaquettes. Enfin, se pose également la question de l’utilisation des cendres issues de la combustion comme fertilisant. Si pour la FDE, le sujet est encore «prématuré», il pourrait également faire l’objet d’une prochaine discussion avec le monde agricole samarien.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde