Aller au contenu principal

Energies
Chauffer au bois pourrait donner du grain à moudre aux agriculteurs

Le développement de réseaux de chaleur alimentés par des chaudières biomasse pourrait offrir des opportunités aux agriculteurs installés sur les territoires qui s’équipent de ce type d’installations.

Les agriculteurs du SEA de Corbie à l’intérieur du bâtiment qui accueille la chaudière à biomasse de la ville.
© V. F.

Comment des agriculteurs peuvent-ils contribuer au fonctionnement de réseaux de chaleur et/ou en profiter ? C’est la question que se sont posés les adhérents des syndicats d’exploitants agricoles (SEA) de Corbie et d’Amiens Agri Métropole lors de leurs assemblées générales, ces derniers jours. Sur l’un comme sur l’autre de ces territoires, des collectivités locales ont en effet fait le choix d’investir dans des réseaux de chaleur alimentés par des chaudières à biomasse.

Le bois, le moins cher


À Corbie, par exemple, où le projet a été porté par la Fédération départementale de l’énergie (FDE), une chaufferie fonctionnant au bois et au gaz est en service depuis janvier 2020. Elle est installée près du collège Eugène Lefebvre et a coûté 4,2 millions d’euros. Plus d’une vingtaine de bâtiments sont aujourd’hui raccordés au réseau de chaleur alimenté par la chaudière biomasse : hôpital, maison de retraite, piscine, gymnase, centre des impôts ou encore école… pour un équivalent de 1 000 logements.

Même s’il y a besoin de le coupler avec une autre source d’énergie – à Corbie, c’est le gaz pour assurer l’appoint lors de pics de froid et les périodes de maintenance -, «le bois reste le combustible le moins cher», constate Agnès Lenne, chargée de mission réseaux de chaleur et énergies renouvelables. Conformément aux objectifs de ses promoteurs, la chaudière à biomasse permet de couvrir 91 % des besoins du réseau de chaleur. Sur le plan environnemental, le recours au bois permet aussi de substituer 964 t équivalent pétrole par an et d’éviter de libérer environ 1 726 t de CO2 par an dans l’atmosphère.

Valorisation des haies et stockage de plaquettes


Le site qui accueille la chaudière dispose d’une capacité de stockage de 260 m3. En hiver, trois livraisons de plaquettes de bois par camion sont effectuées par semaine, contre une seule en période estivale. La consommation en plaquettes est de l’ordre de 3 300 t par an. Et le rôle des agriculteurs dans tout cela ? Pour Agnès Lenne, plusieurs pistes sont envisagées : «L’approvisionnement de chaudières à biomasse peut être un débouché pour des agriculteurs souhaitant valoriser leurs haies, ou des parcelles boisées, par la production de plaquettes.» Autre type de collaboration envisagée, la mise à disposition au sein de leurs fermes d’espaces de stockage pour constituer des stocks-tampons de plaquettes. Enfin, se pose également la question de l’utilisation des cendres issues de la combustion comme fertilisant. Si pour la FDE, le sujet est encore «prématuré», il pourrait également faire l’objet d’une prochaine discussion avec le monde agricole samarien.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde